COMPARAISON ENTRE LES SIMULATIONS NUMERIQUES ET LES RESULTATS EXPERIMENTAUX

Retour page principale

Nous avons demandé aux numériciens de zoomer sur la zone que nous avions étudiée avec la PIV. La comparaison des champs de vecteur n'est pas aisée, d'autant plus que les configurations étudiées ne sont pas rigouresement identiques, et surtout le phénomène non reproductible.

De plus, notons bien que les images sont renversées, c'est à dire que pour le numérique, l'éolienne est située à gauche et tourne en montant.


On observe qu'à incidence nulle, les résultats numériques donnent un écoulement aval plutôt uniforme

On retrouve la même tendence sur l'image donnée par la PIV, même si l'on trouve de nombreux vecteurs faux.De plus, notons bien que les images sont renversées, c'est à dire que pour le numérique, l'éolienne est située à gauche et tourne en montant, et pour le PIV, l'éolienne est à droite.


Attention: dans l'expérience PIV, l'éolienne toujours située à droite, tourne vers le bas!

On note là de très nombreuses différences. La première étant le nombre de vecteurs dans chaque cas. La PIV a été calculée pour un recouvrement de 0,75 avec une taille de mailles de 64x64. Dans ces conditions, la PIV est plus précise. Il faudrait en fait resserrer le maillage pour la simulation numérique, ce qui est difficilment possible.

Ensuite, on remarque que les vecteurs vitesse n'ont pas la même orientation. En particulier, pour la PIV, le fluide semble entraîné par la pale sur une zone importante de l'écoulement, tandis que sur les simulations numériques, l'écoulement semble plutôt longitudinal. Sinon, on observe de fortes vorticités dans la zone éloignée des pales dans les deux cas.

Retour page principale