Propositions concernant la lutte contre le ruissellement
dans le bassin versant de l'Aïse


 
 
 
 
 
 

 

puce09.gif (224 octets)

Cadre légal

L'étude des cadres légaux envisageables pour l'établissement d'un programme de lutte contre le ruissellement dans le bassin de l'Aïse révèle qu'il est judicieux de doubler de Contrats Territoriaux d'Exploitation un Contrat de Rivière portant sur l'Ariège.
Ces deux modes d'action complémentaires ont l'avantage d'impliquer dans le projet l'ensemble des acteurs du monde rural, notamment les professionnels de l'agriculture, et donc d'assurer une meilleure adhésion des exploitants agricoles au programme.
En outre, les structures porteuses du projet disposeront d'un large éventail de modes de financement possibles alors que dans le même temps le développement durable du bassin versant se trouvera au cœur des préoccupations des donneurs d'ordres.

 
 
 
 

puce09.gif (224 octets)

Propositions d'aménagements

puce05.gif (253 octets) Moyens éprouvés

Les projets d'aménagement de petits bassins versant ruraux menés en Midi-Pyrénées ont montré qu'il était possible de lutter contre le ruissellement de manière intelligente sans tomber dans une approche systématique. Cependant, il existe des moyens de lutte à privilégier comme : 

puce12.gif (114 octets) l'installation de bandes enherbées
puce12.gif (114 octets) la plantation de haies
puce12.gif (114 octets) la restauration ou création de fossés

Ces aménagements rencontrent énormément de succès car ils sont faciles à mettre en œuvre et biens acceptés par les agriculteurs. Il faut tout de même en éviter un recours excessif. Raisonnablement voici les objectifs que l'on peut se fixer pour l'installation de ces trois types d'aménagements :

 

Bandes enherbées Haies Fossés
Joue un rôle dans...
puce11.gif (135 octets) infiltration / assainissement puce11.gif (135 octets) infiltration / érosion puce11.gif (135 octets) réorganisation du réseau
Objectifs
puce11.gif (135 octets) se limiter à 10 km linéaires
puce11.gif (135 octets) couvrir 50% de la longueur du cours d'eau
puce11.gif (135 octets) se limiter à  5 km linéaires puce11.gif (135 octets) se limiter à 6 km linéaires
Recommandations
puce11.gif (135 octets) les associer aux fossés
puce11.gif (135 octets) en installer en milieu de parcelle
puce11.gif (135 octets) développer le recours aux haies paysagères
puce11.gif (135 octets) limiter l'installation en bord de route
puce11.gif (135 octets) privilégier la restauration
puce11.gif (135 octets) prévoir leur entretien

 

puce05.gif (253 octets) Moyens novateurs

De nouveaux types d'ouvrages ont été testés sur le bassin du Rance. Ils sont intéressants car ils ont pour but non plus de faciliter l'infiltration mais :
puce9.gif (58 octets) de rallonger le parcours hydraulique
puce9.gif (58 octets) de créer des ruptures de pentes.

Le retour d'expérience concernant ces types d'aménagements est très limité. A l'heure actuelle, il est difficile de pouvoir se fixer des objectifs en terme d'installation.
Notons  que les plus fortes pentes se situent en rive droite du cours d'eau. Il serait intéressant d'y installer en priorité des aménagements comme les banquettes renversées ou des prolongateur de parcours hydraulique. Il faudrait pouvoir les installer sur les parcelles d'une demi-douzaine d'agriculteurs.
 
 

puce05.gif (253 octets) Moyens alternatifs

Des moyens complémentaires à l'aménagement direct du bassin versant peuvent être employés dans le cas de l'Aïse.

On pense en particulier, dans le cadre d'une gestion de la répartition des sols, à la désignation des zones d'épanchement naturel du cours d'eau en tant que surface mises en jachère. Les fluctuations du niveau en eau du ruisseau s'en trouveraient atténuées.

Une autre piste à suivre est d'adapter la nature des cultures à la topologie du bassin. On peut aboutir à des résultats intéressants en terme d'hydrologie en incitant les agriculteurs à produire des cultures permettant d'éviter :
puce9.gif (58 octets) de renforcer l'effet érosif
puce9.gif (58 octets) que les périodes de sols nus coïncident avec les périodes d'orages
puce9.gif (58 octets) un faible couvert végétal

Ces deux approches nécessitent l'intervention d'un organisme tel la Chambre d'Agriculture car elles touchent directement aux pratiques agricoles.
 
 


Navigation  

Etude du bassin versant de l'Aïse