LES DIFFERENTS AMENAGEMENTS

Les principes retenus pour limiter le ruissellement sont :

On peut répartir les différents aménagements ou techniques envisageables en deux catégories : les mesures agronomiques et les mesures hydrauliques. Nous allons faire une description rapide des tous ces aménagements puis nous reviendrons plus en détails sur les bandes enherbées.

Les mesures agronomiques Le paillage et le non-déchaumage
Les cultures intermédiaires
Le sens du travail du sol
Les mesures hydrauliques Les bandes enherbées
Le piège à embacles
Les fossés de diversion
Les fossés inondant-drainant
Les retenues temporaires de micro-thalwegs sur parcelles
Les banquettes allongées de versant
Les haies transverses
Les petits barrages de retenue de laminage



Les mesures agronomiques

Ces mesures sont utilisées en vue de prévenir la formation du ruissellement.


le paillage et le non déchaumage

Description : Le paillage peut être naturel ou artificiel. Il peut être mis en œuvre par la technique du non déchaumage. Pendant l'inter-culture, il peut s'écouler une longue période durant laquelle le sol reste parfois sans protection. Le non déchaumage consiste alors à laisser le chantier de récolte en l'état et reporter le labour au printemps.

Intérêt / rôle hydrologique : Il permet de lutter efficacement contre l'impact des gouttes de pluie. Il constitue un rideau protecteur et crée une rugosité de surface qui divise et ralentit la lame d'eau. Les pertes en terre sont considérablement réduites.

Implantation : Excellent moyen de lutte pour les situations de fortes pentes et de rupture de pente ainsi que dans les secteurs de passage d'eaux inévitables

Divers : Pour que le rôle protecteur soit vraiment assuré, il faut que le taux de recouvrement du sol soit suffisant (des mesures sous pluies simulées en RFA ont montré que le taux de couverture doit dépasser 30% pour réduire de façon significative la concentration des eaux de ruissellement. A partir de 50% de couvert, la baisse du coefficient de ruissellement devient intéressante puisqu'il est au moins divisé par deux).

Inconvénient : Le maintien des résidus en surface rend difficile le contrôle des repousses et des adventices. L'absence d'enfouissement ne favorise pas leur décomposition.

haut de page


Les cultures intermédiaires

Description : Les cultures intermédiaires sont implantées après les cultures principales et permettent d'assurer une protection des sols dénudés. Un type de culture très intéressant est la culture des engrais verts.

Intérêt / rôle hydrologique : Les engrais verts améliorent les propriétés physiques du sol : ils fournissent rapidement une couverture suffisante pour limiter la battance. La résistance du sol, liée à leur enracinement, augmente et ils créent une rugosité en surface.

Avantage : Elles contribuent au maintien des sols au niveau des ruptures de pente ou des zones de concentration. Ils améliorent la décomposition des résidus de récolte. Ils demandent peu de temps de travail, peu de moyens financiers et améliorent très nettement les rendements.

Implantation :Le choix d'implantation va dépendre des cultures précédentes, des caractéristiques climatiques et de la concurrence avec les autres activités

Divers : L'effet protecteur est lié au développement de la masse végétale lors des pluies. Il est donc effectif lorsque les conditions thermiques permettent une croissance très rapide. C'est pourquoi, pour que les engrais verts soient efficaces, il faut réaliser l'implantation assez tôt pour lui laisser le temps de se développer.

haut de page



Le sens de travail du sol

Description : travailler la terre en travers de la pente

Intérêt / rôle hydrologique : Cela retarde l'apparition du ruissellement en augmentant la rugosité dans le sens de la plus grande pente. Cela ralentit l'écoulement et favorise l'infiltration.

Avantage : Implantation : Cela s'applique surtout sur les pentes faibles (< 3 à 5 %) à cause des problèmes de stabilité des engins et de réglage des outils sur les pentes fortes. Les agriculteurs du Lauragais considèrent qu'un labour à la charrue des sols riches en argile ( > 20 %), effectué perpendiculairement à la pente moyenne de la parcelle, leur permet de faire face à des pluies de 20 à 25 mm tombant en une à deux heures.

haut de page



Les mesures hydrauliques

Les mesures agronomiques donnent des résultats appréciables, mais souvent insuffisants. La question de la maîtrise du ruissellement déjà formé demeure et relève d'un traitement hydraulique. Les principes sont les suivants : limiter la concentration du ruissellement, organiser l'écoulement des eaux, protéger les zones où les inondations et les dépôts intempestifs provoqueraient des dégâts importants.

Le dimensionnement des ouvrages hydrauliques nécessite au préalable une bonne connaissance du milieu et un bilan hydrique (occurrence et volume du ruissellement, coefficients et débits …)


Les bandes enherbées

Intérêt / rôle hydrologique
: Les bandes enherbées facilitent l'infiltration et la rétention d'eau.

Implantation : L'enherbement est assuré en semant une graminé résistant bien au déchaussement, ayant une densité plus élevée que pour un herbage (environ 40kg/ha). Il est réalisé à une période où l'herbe poussera rapidement.

pour une description plus détaillée

haut de page


Le piège à embâcles

Un piège à embâcles est constitué par une série de pieux (par exemple : IPN ou tube de forage rempli ou non de béton) implanté en quinconce dans le lit (mineur ou majeur) de la rivière au travers d'une section. Pieux et fondations devront être résistants aux affouillements, pressions et flexions qu'ils subiront. L'espacement des pieux dépendra de la nature des flottants.

Intérêt / rôle hydrologique : Lorsqu'il a capté une certaine quantité de flottant, le piège à embâcles permet : de localiser l'aléa embâcle à des endroits de faible vulnérabilité et d'augmenter le volume inondant en son amont (principe du ralentissement dynamique en zone inondable).

Avantage : protection des sites situés à l'aval, localisation maîtrisée des embâcles, barrage très perméable, assurant la continuité des écoulements

Implantation : le site où sera implanté l'ouvrage devra avoir certaines caractéristiques : bonne accessibilité permettant un nettoyage régulier avec (éventuellement) l'utilisation d'engins. Zone située à l'amont du piège à faible vulnérabilité. Au droit de l'aménagement et à l'aval immédiat, la vulnérabilité aux eaux contournant l'obstacle ne doit pas être trop forte.

Divers : un nettoyage régulier et après chaque crue est indispensable.

haut de page


Les fossés de diversion

Ils sont réalisés en travers des versants et prolongent le parcours des écoulements en les amenant à l'amont du point de la confluence naturelle. Les pentes faibles de ces fossés permettent de limiter le débit.


Intérêt / rôle hydrologique : Ils favorisent l'infiltration de l'eau en rallongeant son trajet et en la répartissant sur une grande surface de bassin versant. De plus, ils limitent les écoulements concentrés.

Avantage : Ils protègent les zones situées à l'aval de l'arrivée d'eaux superficielles ou subsuperficielles d'amont. Ils peuvent favoriser l'infiltration latérale amont qui pourrait rendre service en été.

Inconvénient : impact notable que si un pourcentage important du bassin versant est traité. Les fossés doivent avoir une faible pente (conflit possible avec le parcellaire).Si l'intensité de pluie est trop importante, ces fossés sont court-circuités par les eaux qui débordent et qui reprennent la plus grande pente menant directement au talweg le plus proche.

haut de page


Les fossés inondant-drainant

Description
: ces fossés prennent naissance dans le lit mineur, traversent la berge ou le bourrelet de berge et pénètrent à l'intérieur de la parcelle. Ils ont un tracé (quasi) perpendiculaire au cours d'eau. Ils peuvent être couplés à des talus situés à leur aval.

Intérêt / rôle hydrologique : ces aménagements permettent de maîtriser les volumes débordants pour qu'ils ne provoquent pas de dégâts et qu'ils n'alimentent pas la rivière en situation de crise. Ils accentuent l'épandage naturel et permettent de stocker des volumes d'eau importants (ralentissement dynamique, laminage)

Avantage : ces aménagements permettent de réduire la vitesse de l'eau dans les parcelles inondables pendant la crue et donc limitent le phénomène d'érosion. L'eau remonte dans la parcelle : l'apport d'éléments grossiers est donc réduit.

Implantation : dans des sites de plaine où les pentes transversales du majeur sont faibles, de préférence aux endroits où les pentes longitudinales sont faibles. Ce type de fossé sera de préférence réalisé le plus tôt possible après la saison des fortes crues pour que végétation et sols aient le plus de temps possible pour s'implanter et se consolider avant les prochaines crues.

haut de page


Les retenues temporaires de micro-talwegs sur parcelles

Description : une diguette de 1 mètre de haut avec à sa base une buse de faible section permettant de stocker un certain volume d'eau dans la parcelle tout en limitant le débit restitué en aval. Le stockage effectué dans la parcelle est temporaire.

Intérêt / rôle hydrologique : les retenues permettent d'écréter les ondes de crues venant des sous-bassins et de décaler dans le temps les transferts des eaux du sous-bassin vers l'aval.

Avantage : cet aménagement est transparent aux petites pluies. Il protège les zones situées en aval de l'arrivée d'eaux venues de l'amont.

Implantation : sur des parcelles où s'écoulent des ruissellements concentrés lors de pluies abondantes.

Inconvénient : impact notable que si un pourcentage important du bassin versant est traité.

haut de page


Les banquettes allongées de versant

Description : l'aménagement consiste à installer en travers de la pente une contre pente locale.

Intérêt / rôle hydrologique : elles interceptent les ruissellements concentrés et favorisent leurs diffusions.

Avantage : Elles protègent les zones situées en aval de l'arrivée d'eaux venues de l'amont.

Inconvénient : Impact notable que si un pourcentage important du bassin versant est traité.

haut de page


Les haies transverses

Les haies sont en général soit couplées à des fossés existants ou à des fossés de diversion, soit couplées à un talus et transverses à la pente. Le choix des essences doit être fait de façon à éviter les espèces étrangères à la flore naturelle du pays, à adapter les essences à la nature du sol et du climat et à la nature du sol qui s'exerce sur la zone (élevage, culture)

Intérêt / rôle hydrologique :Les haies et les talus ralentissent l'écoulement superficiel des eaux ce qui donne à l'eau des pluies le temps de s'infiltrer. Les versants abrupts deviennent moins sensibles au ravinement dû aux pluies car les écoulements concentrés sont interceptés. Les haies permettent une infiltration plus en profondeur des eaux.

Avantage : les haies sont des brise-vent permettant une mise à l'herbe plus précoce des troupeaux (l'herbe pousse mieux en zone abritée) et un maintien de la prairie plus long en automne. Les haies limitent également les pertes en terre, favorisent l'équilibre entre les espèces animales et enrichissent le paysage.

haut de page


Les petits barrages de retenue de laminage (à pertuis ouvert et à continuité de radier)

Description : ces aménagements sont des barrages-seuil de retenues de laminage à pertuis ouvert en permanence.

Intérêt / rôle hydrologique : Ils permettent un laminage des crues ainsi que de protéger l'aval.

haut de page