Modélisation numérique de l'Aïse à Venerque


Introduction

Une modélisation hydraulique de crue de l'Aïse a été réalisée dans le but de déterminer quelle est la rivière qui prédomine dans les crues à Venerque. En effet, le problème rencontré réside dans le fait que Venerque se trouve à la confluence de l'Aïse avec l'Ariège. Il est ainsi très difficile de savoir si les inondations de Venerque sont dues aux crues de l'Aïse ou si elles sont dues au remous des crues de l'Ariège. En effet, lors des crues de l'Ariège, de l'eau provenant de l'Ariège passe par Venerque via le cours de l'Aïse. Cette eau arrive dans l'Aïse en passant par le canal de l'ancien moulin. La modélisation numérique couplée à l'étude hydraulique de l'Aïse a donc pour but de décrire le rôle de chaque rivière lors des inondations à Venerque. De plus, nous étudierons la courbe débit-hauteur afin de voir l'impact de la diminution du débit de crue de l'Aïse sur les hauteurs d'eau.

L'étude porte sur une portion qui part d'environ 150 m en amont du pont de Venerque et qui s'achève à l'embouchure avec l'Ariège. Le logiciel choisi pour cette étude est SIC qui a été développé par le CEMAGREF. C'est une version plus conviviale (interfaces graphiques avec des menus déroulants) de FLUVIA. Les données rentrées dans le modèle sont les données topologiques de la portion de rivière (profil en long et profils en travers) et la hauteur d'eau en aval de la portion étudiée. Tous les fichiers ayant servis à cette modélisation sont accessibles dans le dossier g12/modele.

Présentation des données

Données concernant la géométrie

La partie étudiée a été modélisé en un bief long de 340 m.

Ce bief a été décomposé en 9 sections. Les diverses sections représentent entre autres le pont, le barrage et la confluence avec l'Ariège.

Il est important de savoir que cette modélisation a un but qualitatif et non quantitatif car les données utilisées pour décrire les sections sont des valeurs estimées, c'est à dire que les profils en long et en travers ne correspondent pas précisément à la réalité. Néanmoins, le modèle réalisé donne une idée de ce qu'il se passe pour les débits considérés.

Données hydrauliques

Le modèle a été calculé en régime permanent. Les valeurs que l'on rentre dans le modèle sont le débit d'entrée du bief et les coefficients de Strickler du lit de la rivière. Les coefficients de Strickler ont été choisis égaux à 40, ce qui correspond au coefficient moyenne d'un cours d'eau. De plus, afin d'imposer la cote aval (qui correspond à la cote de la crue du 11 juin 2000 de l'Ariège), il faut caler le modèle et donc imposer la hauteur d'eau pour 2 sections du bief. Les hauteurs mises dans le modèle ont été déterminées à partir d'une carte représentant les isocotes de l'inondation du 11 juin 2000 de l'Ariège sur la commune de Venerque. Cette carte a été réalisée par la SOGREAH lors de la réalisation du PPR (Plan de Prévention des Risques) pour la commune de Venerque.

Résultats de la simulation

Lorsque l'on impose en débit d'entrée la valeur de 60 m3/s (ce qui correspond à la valeur du débit estimée pour la crue du 11 juin 2000), on remarque que le débordement ne correspond pas à celui remarqué lors de la crue du 11 juin 2000 (voir courbe ci-dessous). La courbe ci dessous représente la ligne d'eau calculée avec un débit d'entrée de 60 m3/s ainsi que la ligne d'eau calculée par SOGREAH (cette ligne d'eau représente le niveau de l'eau pour la crue du 11 juin 2000) :

C'est pourquoi nous avons décidé de tracer les lignes d'eau pour divers débits à l'entrée du bief mais toujours avec la même côte à l'aval afin d'estimer le débit qui passait à Venerque lors de la crue du 11 juin 2000, sachant que l'eau passant à Venerque lors de cette inondation provenait de l'Aïse et de l'Ariège. Nous avons ensuite tracé la courbe Hauteur-Débit (en l'amont du bief):

Le débit passant dans l'Aïse à Venerque correspondant à la crue du 11 juin serait de l'ordre de 150 m3/s. En effet, la hauteur estimée pour cette crue est de 4,5 m par rapport au fond de la rivière, soit 5,5 m par rapport au niveau de référence choisi. L'importance du débit apporté par l'Ariège semble donc plus important que celui de l'Aïse. La conclusion que l'on peut en tirer est qu'une modification du débit de crue de l'Aïse n'influencerait pas significativement la hauteur de la ligne d'eau de crue à Venerque. C'est pourquoi aménager l'Aïse dans le but de diminuer les débits de crue ne semble pas adapté car il faudrait diminuer ces débits d'au moins 20 m3/h (soit une diminution de la ligne d'eau de 20 cm) afin de limiter les dégâts matériels sur les infrastructures, ce qui correspond à une diminution de 30% sur le débit de crue. Il est très difficile de diminuer sensiblement le débit de crue d'une rivière sans aménagements lourds relevant du génie civil (barrages, bassin écréteurs de crue), ce qui représenterait un coût important pour la collectivité. Ceci est confirmé par Mr Béziat qui pense que l'influence du remembrement n'a pas plus de 10% d'influence sur les débits de crue.

Cependant, il est important d'entretenir les berges de l'Aïse afin d'éviter des embâcles formés à partir de troncs d'arbres et de branchages (comme cela a été constaté lors de la crue du 11 juin 2000). Il est notamment primordial que les propriétaires des terrains bordant le ruisseau, qui sont légalement responsables de l'entretien des berges, ne laissent pas les arbres et branchages dans le lit du ruisseau lorsqu'ils effectuent des coupes de bois sur les berges.