L'eau, élément essentiel à la vie, est d'abord considérée comme mystique, notamment à cause de sa nature polymorphe. Elle a fini par dévoiler ses secrets au cours du temps. Il nous semble ainsi la comprendre aujourd'hui, mais elle reste source de nombreuses interrogations.


Quand l'homme commença à devenir sédentaire et à tenter de s'organiser, il choisit le lieu de son habitat à proximité de points d'eau. Cet élément allait ainsi l'accompagner durant toute son évolution.
Les représentations de l'eau semblent toutefois être rares durant la préhistoire, comme si sa présence était perçue comme quotidienne, acquise et évidente. Puis lorsque vint l'âge de l'industrie, on fabriqua des outils, des armes puis des récipients destinés à contenir un liquide.
L'homme s'aperçut également que l'eau présentait des qualités curatives, d'où son aspect mystique. Il attribuait en effet ce pouvoir à différents esprits ou démons.


Du point de vue mythologique, l'eau apparaît cependant comme cataclysmique. Le déluge ou d'autres formes de catastrophes dues à l'eau sont omniprésentes dans beaucoup des premières mythologies. Dans les religions polythéistes, l'eau de l'océan est différenciée de la pluie. La première est contrôlée par un dieu de l'eau souvent bienfaisant tandis que la pluie est associée au feu et est contrôlée par le même dieu que la foudre.
Dans l'Ancien Testament, l'eau intervient souvent, l'élément le plus marquant étant l'ouverture de la mer, et se retrouve jusque dans le baptême. Ce sont notamment ces aspects religieux qui ont fait que ces différentes perceptions de l'eau semblent encore être d'actualité.