INTRODUCTION



Situé le long de la côte atlantique française, à 60 km à l'Ouest de Bordeaux, le Bassin d'Arcachon est entouré de grandes plages de sables. De par l'étroitesse de son estuaire, les courants sont particulièrement soutenus dans cette zone ( entre 130 et 370 millions de m3 déplacés en 6 heures selon les coefficients de marées ), ce qui implique d'importants mouvements et transports de sédiments qui modifient la morphologie du bassin.

En ce qui concerne l'intérieur du Bassin d'Arcachon, le bilan est plutôt à la stabilité : certains endroits se surélèvent et d'autres se creusent, formant ainsi des chenaux dont la position évolue guère dans le temps. Suite à une proposition de Monsieur Vedrine, Responsable des Services Maritimes de la DDE d'Arcachon, nous avons décidé de centrer notre étude sur un domaine "moins connu" qu'est l'évolution des passes à l'entrée du bassin. Les passes sont les voies navigables situées entre les bancs de sables qui émergent à l'estuaire du bassin. Leur étude présente plusieurs intérêts. Tout d'abord d'un point de vue écologique puisqu'elles régulent les débits entrants et sortants dans le bassin et donc influent directement sur la vie de l'écosystème intérieur au Bassin d'Arcachon. Mais aussi d'un point de vue pratique car leur évolution est très importante pour les nombreuses embarcations qui les utilisent pour aller et venir dans le bassin.

Au cours de cette étude nous nous intéressons plus particulièrement aux passes intérieures qui remontent jusque dans le bassin, où le mouvement et le transport de sédiments induisent des modifications de la bathymétrie à l'échelle de quelques mois. Ainsi, conformément à notre avant-projet, cette étude se décompose en trois parties, toutes ayant pour but final de comprendre l'évolution de ces bancs de sables.
Dans un premier temps, une importante partie de notre travail a consisté à rechercher de la documentation nécessaire, telle que bathymétrie des lieux, données marégraphiques et vents dominants. Ceci afin de pouvoir comprendre les phénomènes mis en jeu au cours de ces mouvements de sédiments. Ayant rassembler toutes ces données, il a alors été possible de réaliser des simulations numériques à l'aide de Télémac 2D et l'utilisation du module Tsef/Sisyphe est possible. Télémac-2D est un code de calcul hydrodynamique par résolution des équations de Saint-Venant, le module Tsef/Sisyphe qu'en à lui utilise l'équation de Meyer-Peter-Muller pour la résolution du transport sédimentaire par charriage. Contrairement à ce qui avez été prévu en avant-projet, nous avons décidé d'utiliser Tsef/Sisyphe plutôt que Subief et donc de favoriser les déplacements par charriage plutôt que par suspension. En effet, suite à nos entretiens avec différents acteurs tels que M. Viguier de la SOGREAH de Grenoble ou M. Vedrine de la DDE d'Arcachon, nous avons pu remarqué que la granulométrie des sédiments dans la zone considérée était essentiellement constituée de sables de diamètres moyens 0.45mm, favorisant le charriage.