Institut National polytechnique de Toulouse Bureau d’Etudes Industrielles
Ecole Nationale Supérieure d’Electrotechnique, d’Electronique, d’Informatique, d’Hydraulique et des Télécommunications Sciences de l’Eau et de l’Environnement
Département Hydraulique mécanique des fluides
2 rue Camichel - 31071 Toulouse cedex E mail : thual@imft.fr

exit

BULLETIN DU BEI
Année 2001-2002

Les soutenances des projets des BEI se dérouleront :

Le lundi 28 janvier 2002 de 14h00 à 17h00
à l'ENSEEIHT en salle B00

Compte-rendus des BEI disponiblessur www.enseeiht.fr/travaux/

Objectifs du BEI

Concrétiser les enseignements acquis au cours des trois années d'études à l'ENSEEIHT;
Mener à bien un projet d'études de type industriel, en partenariat avec des entités extra-scolaires issues de tous les horizons;
Assimiler la culture du futur jeuneingénieur;
Les moyens du BEI sont fournis par le département Hydraulique et des industriels, désireux de soutenir ces projets.


 

ENTRETIEN DES RIVIERES
Aménagement des berges contre l'asséchement des cours d'eau

 

      Le bassin Adour Garonne est gros consommateur d'eau d'irrigation. Les prélèvements accentuent la faiblesse des débits d'étiage en période estivale, et aggravent la situation au cours des étés secs, en particulier ces dernières années. Les équipements de stockage s’avèrent alors indispensables. Actuellement, le bassin versant de la Charente (10 000 km²) est déficitaire. Dans le cadre du Plan de Gestion des Etiages de la Charente et afin de limiter les prélèvements en rivière, un possible recours à des retenues de substitution a été évoqué pour permette un retour à une situation d'équilibre.

      Ces techniques d'aménagement des bassins versants nous ont amenés à nous intéresser également à l'utilisation de techniques végétales pour l'équipement et l'entretien des berges des cours d'eau.

      L'objectif de notre B.E.I. est donc double: d'une part évaluer la faisabilité de retenues de substitution sur le bassin versant déficitaire de la Charente et d'autre part de comparer les techniques lourdes avec les techniques de végétalisation d'aménagement des berges

RETENUES DE SUBSTITUTIONS POUR L'IRRIGATION EN PERIODE D'ETIAGE

      Cette partie, réalisée en collaboration avec l'Agence de l'Eau Adour Garonne, évaluera les possibilités de mise en place de retenues de capacité modeste permettant une gestion des étiages de la Charente compatible avec les besoins de l'irrigation. Une réserve en eau serait constituée durant l'hiver afin d'être utilisée ensuite l'été en évitant un prélèvement direct en rivière durant la période d'étiage. Notre analyse traitera des points suivants :

ASPECTS TECHNIQUES : enjeux sur le bassin, sites possibles, gestion, réalisation et dimensionnement des ouvrages (nombre, capacité)

ASPECTS ENVIRONNEMENTAL : impact sur le milieu et acceptabilité

ASPECTS SOCIO-ECONOMIQUES : coût d'un ouvrage de substitution et bénéfices associés à la garantie de ressources.

 

Techniques végétales d'aménagement des berges

      Jusqu'à présent les techniques lourdes de réhabilitation de berges, comme les enrochements ou la mise en place de palplanches, utilisées en zones sensibles n’ont fait qu’aggraver l’état des berges restaurées. C'est pourquoi nous allons étudier en partenariat avec l'ARPE une alternative à cette méthode : les techniques végétales. Notre analyse traitera des points suivants :

Comparaison des deux techniques d'aménagement

      Etude des divers moyens de réhabilitation de berges endommagées (comprenant une étude de terrain), de la réalisation des ouvrages actuels, ainsi que leur impact sur l'environnement.

      Comparaison des deux techniques de réhabilitation lourde et de végétalisation.

Evaluation de l'impact sociologique :

      Il apparaît en effet difficile de faire comprendre aux populations des zones sensibles l'intérêt et l'efficacité des techniques utilisées pour les protéger. En particulier la technique de végétalisation semble peu sûre aux yeux des riverains.

 


 

BEI AMENAGEMENT DU LITTORAL AUTOUR DU BASSIN D'ARCACHON

 

      L’aménagement du littoral étant une valeur partagée par l’ensemble de notre équipe, chaque binôme a tenté de mettre en valeur le littoral du bassin d’Arcachon. L’implantation d’un reef artificiel pour les surfeurs a donc été envisagée au sud de Biscarosse. Une étude technique, son impact sur l’environnement et les aspects juridiques et réglementaires ont été abordés. Parallèlement le mouvement des passes à l’entrée du bassin d’Arcachon a aussi été étudié.

      Pour qu’une vague soit surfable, il faut que son déferlement soit plongeant. Ce domaine étant méconnu, diverses simulations numériques avec Fluent et Jadim ont permis d’étudier les paramètres le permettant.

      Cependant l’implantation d’un ouvrage en mer peut avoir des conséquences sur l’environnement. Des simulations numériques avec Télémac ont permis d’étudier les transports solides autour du reef.

      Pour mener à bien un projet d’envergure, il faut, d’autre part, connaître ses aspects juridiques et réglementaires. Une recherche basée sur des études similaires à celle-ci à permis de mettre en évidence quelques points fondamentaux que doit comporter tout projet sérieux.
      Dans une approche plus globale du bassin d’Arcachon, il est apparu que les passes permettant l’entrée et la sortie des bateaux n’étaient connues que de manière empirique. Bien que leurs déplacements soient connus, rien ne permet aujourd’hui de les anticiper. Des simulations numériques avec Telemac ont permis d’effectuer des interpolations entre diverses bathymétries dans l’optique de mieux cerner l’évolution des passes.

 

L'EAU DANS LA VILLE (MUNICIPALITE D'UNIEUX - LOIRE)

 

      L’eau est un domaine qui reste encore vaste, parfois mal géré, souvent inexploité. Ce patrimoine commun centralise bien des efforts autant dans sa partie amont que dans sa partie aval.

      Le schéma ci-contre montre bien la problématique de la sécurisation de l’approvisionnement en eau potable à l’échelon mondial.

      Nos trois centres d’intérêts que sont l’adduction d’eau potable, son assainissement et enfin la détermination de caractéristiques de diverses pollutions pouvant en affecter la nature ont permis à notre groupe d’émerger et de conduire une étude qui à l’origine semblait hétérogène mais qui en réalité reste complémentaire.

 

    

  Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur deux critères qui nous semblaient essentiels et incontournables

la technique
les aspects réglementaires

      Ces deux critères semblent d’un premier abord antagonistes. Néanmoins, ils sont complémentaires et nous devons dès à présent les intégrer dans notre culture de futur ingénieur. C’est en ce sens que nous avons fait intervenir deux auditeurs externes de chaque bord afin de pouvoir en confronter les points de vue.

 

      Le travail de groupe a consisté en un recueil important de données auprès de la Municipalité d’Unieux (plan de masse, plan local d’urbanisme, relevé topographique, météorologie, plan des divers réseaux, réseau fluvial, contrat de rivière, implantation des usines polluantes, installations classées pour la protection de l’environnement, collecte d’eau potable et procédés de traitement, agriculture …).

      Chacun des groupes a eu ensuite en charge un projet classique d’un bureau d’études, à savoir ici le re-dimensionnement d’un axe principal de la ville (défini en concertation avec la municipalité) d’un point de vue distribution d’eau et d’un point de vue assainissement des eaux usées, ainsi que des études sur les causes de pollution des eaux affectant l’Ondaine, rivière principale traversant la commune. Des simulations directes sous les logiciels industriels classiques ont été effectués (sous Porteau pour les écoulements en charge, sous Canoé pour les écoulements en surface libre et sous Télémac pour les simulations de pollutions accidentelles) et ont permis de définir, en fonction des données qui nous ont été transmises, les meilleures alternatives vers lesquelles la Municipalité d’Unieux pourra s’orienter à terme.

 

Plaquette réalisée par les étudiants de 3ème année du département hydraulique