Dessablage-dégraissage

L’élimination des sables présents dans les effluents bruts est une opération indispensable. Le dessablage concerne les particules minérales de granulométrie supérieure à 100 µm. En théorie, les vitesses de sédimentation des particules sphériques sont calculées par les lois de Stockes et Newton. Un facteur de correction doit être apporté pour des particules non sphériques. Parallèlement, la vitesse de sédimentation varie avec la turbulence du milieu, la vitesse du courant et la température de l’effluent par l’intermédiaire de sa viscosité.
Le dégraissage est une opération de séparation liquide-solide réalisant un compromis entre une rétention maximale de graisses et un dépôt minimal de boues. Cette préparation des effluents facilitera l’épuration des effluents en aval, en réduisant le colmatage et en évitant une certaine inhibition des processus biologiques.

Ces deux opérations seront réalisées dans un dessableur-dégraisseur cylindro-conique dont la vitesse ascensionnelle sera fixée à 10 m.h-1, le temps de séjour à 10 min et la pente du cône de stockage des sables sera de 50°.

La surface de l’ouvrage sera donc de 2.6 m² et le volume total sera de 4.3 m3. La profondeur du cylindre sera de 1.3 m et celle du cône de stockage de 1.1 m. Les graisses seront récupérées grâce à un racloir de surface et acheminées vers le méthaniseur où elles serviront de support et de substrat carboné aux bactéries méthanogènes. Détails des calculs