Bureau d'Etudes Industrielles "Energies Renouvelables et Environnement"
Conclusion




    Cette étude nous a permis d'aborder un problème d'hydraulique souterraine concret, à savoir l'implantation d'un forage et la modélisation de son fonctionnement.Une première partie de recueil de données fut nécessaire afin de déterminer les caractéristiques physiques de l'aquifère considéré. A partir des valeurs obtenues grâce à un test de pompage sur le terrain, nous avons cherché à caler un modèle de terrain. Néanmoins, les nombreuses hypothèses simplificatrices du problème induisent une différence entre les résultats calculés et ceux observés. Ce problème est en effet assez complexe car la géologie de la zone d'étude est très hétérogène et par conséquent très difficile à modéliser. Ensuite, nous avons modélisé un cas plus proche de la réalité en utilisant l'hypothèse d'une nappe inclinée au lieu d'horizontale. Cela nous a permis d'observer que l'inclinaison de la nappe entraîne la déformation des isopièzes tout en conservant la même hauteur de rabattement. Enfin, nous avons cherché à évaluer la distance nécessaire entre deux forages pour leur assurer un bon fonctionnement. Des distances de 120 m et 150 m ont été retenues pour des forages à des débits de 150 m3/h et 300 m3/h. De tels forages permettraient, par exemple, d'irriguer pendant une année sèche entre 120 ha et 170 ha pour 150 m3/h, et entre 240 ha et 340 ha pour 300 m3/h de plantations de canne à sucre.

    Nous aurions également souhaité visualiser l'intrusion d'eau salée sous la nappe d'eau douce. En effet, le forage est susceptible de pomper de l'eau de mer lorsqu'il est situé trop près de la côte. En pratique, le niveau de la nappe d'eau salée est surveillée à l'aide de relevés conductimétriques. Cette étude complémentaire serait à approfondir dans le futur, car elle est importante pour une région insulaire comme la Réunion.

    Ce BEI sur les ressources en eau sur l'Ile de la Réunion nous a apporté une vue d'ensemble sur le problème de la gestion de l'eau. Les besoins en eau ne sont pas si simples à satisfaire et cela nécessite des solutions diverses pouvant varier selon le contexte géographique et les moyens disponibles. La situation insulaire de la Réunion impose des contraintes sur les forages mais permet d'envisager des alternatives comme le dessalement de l'eau de mer, le transfert des eaux (possible grâce à une pluviométrie et une topographie particulières). Les solutions pour palier à un manque d'eau ne sont pas uniques mais elles doivent être choisies avec soin selon le contexte.



Retour au menu du projet