Bureau d'Etudes Industrielles "Energies Renouvelables et Environnement"
Généralités sur les réseaux d’irrigation


L’irrigation est un apport artificiel d’eau aux cultures en complément des précipitations naturelles. Le but de cette technique est de créer des conditions favorables de production. On classe ces systèmes en trois types comme on peut le voir sur le tableau ci – dessous.

Figure 1 : Les différents systèmes d'irrigation


L’irrigation de surface ou gravitaire achemine l’eau par un réseau de canaux. C’est sous l’effet de forces de gravité occasionnées par la pente des ouvrages et le sol qui l’eau est répartie sur les parcelles.

Le système « goutte à goutte » est le plus utilisé parmi l’irrigation localisée ou la micro – irrigation. L’apport d’eau se fait à faible débit et à intervalles fréquents. Il est de plus limité aux zones occupées par les racines des végétaux.

En irrigation par aspersion, l’eau est mise sous pression et pulvérisée sur les cultures d’une façon analogue à la pluie.


L’efficacité de ces techniques est mesurée par le rapport suivant :

Figure 2 : Efficience d'un système d'irrigation


Actuellement, l’efficience moyenne des systèmes d’irrigation mondiaux est de 40%. Ceci est du à plusieurs facteurs :



On peut voir dans le tableau ci – dessous les différences de rendement entre les trois techniques d’irrigation.


Systèmes d’irrigation

Gravitaire

Par aspersion

Locale

Efficience

20 à 60%

65 à 85%

85 à 95%

Figure 3 : Tableau comparatif des efficiences

L’irrigation en chiffres



L’accroissement de production alimentaire, nécessaire au vu de l’augmentation de la population mondiale, passera principalement par une généralisation et une optimisation des systèmes d’irrigation.




Retour au menu du projet