Bureau d'Etudes Industrielles "Energies Renouvelables et Environnement"
Projet d'Irrigation du Littoral Ouest

 

  Présentation du projet ILO


L'île de La Réunion connaît une répartition des pluies particulières : elle est divisée en deux parties. A l'est, la côte au vent est soumise aux alizés et connaît donc des précipitations importantes (il pleut parfois plus de treize mètres par an sachant qu’à Paris, la moyenne est aux alentours de 0,8 mètres par an). Par contre, à l'ouest, la côte sous le vent est protégée par les reliefs et subit périodiquement des sécheresses. Cette inégale répartition de l’eau sur l’île pose donc des problèmes aussi bien en ce qui concerne l’alimentation en eau potable que l’irrigation.


Dans l'objectif de participer à la réduction de ce déficit chronique en eau de la côte ouest de la Réunion et de permettre le développement agricole, industriel et économique de cette zone à fort potentiel, le Département de La Réunion a mis en place, en 1983, le projet de transfert des eaux d’est en ouest. Son objectif est triple :

  • Irriguer les surfaces agricoles de la côte ouest de l’île, représentant 7150 ha de terres cultivables. 71 millions de mètres cubes, soit 73 % des apports totaux du projet ILO devraient concerner 3150 exploitations, permettant :

    • une augmentation du rendement, en particulier de la culture de cannes à sucre, 
    • la préservation de 15000 emplois,
    • la diversification rentable en maraîchage et arboriculture (20%) et en fourrage (5%).
  • Renforcer la desserte en eau des communes de la zone littorale ouest : Le Port, La Possession, Saint-Paul, Trois Bassins et Saint-Leu. Ces communes représentent au total un bassin de 180000 habitants (25% de la population de l'île). Le projet participera, à hauteur de 17 millions de mètres cubes (18% des apports totaux du PILO), à la satisfaction des besoins domestiques et industriels.


  • Réalimenter les nappes phréatiques, en particulier celle de la Rivière des galets, pour écarter l’intrusion saline (9 millions de mètres cubes soit 9% des apports).

L'enjeu du projet est d'apporter une ressource en eau d'un volume annuel de 97 millions de mètres cubes sur la côte ouest. 
Le
projet consiste à capter l'eau des rivières des cirques de Mafate et de Salazie et de la transférer par des galeries hydrauliques, creusées dans le basalte sur plus de 30 km, jusqu'à la côte ouest. La ressource est ensuite acheminée par des réseaux d'adduction gravitaires puis distribuée par pompage en vue de l'alimentation de l'ensemble du périmètre. 


Figure 1 : Carte de l’île de la Réunion représentant les galeries du projet ILO

Globalement, le projet d'Irrigation du Littoral Ouest se compose de :
    - 4 ouvrages de captage :
        - dans le cirque de Mafate, les prises du Bras de Sainte-Suzanne (0,65 m3/s) et de la rivière des Galets (1,3 m3/s) ont un débit d'équipement de 1,95 m3/s,
          - dans le cirque de Salazie, les prises des rivières du Mât (1,95 m3/s) et des Fleurs Jaunes (2,45 m3/s) dont le débit d'équipement vaut 4,40 m3/s, (réalisés en partie
    - 30 kilomètres de galeries souterraines de transfert : galeries de Salazie Amont (8,5 km entre les prises de Salazie et la rivière des Pluies), de Salazie aval (9,7 km entre la rivière des Pluies et le Bras de Sainte-Suzanne), de Sainte-Suzanne (2 km entre le Bras de Sainte-Suzanne et la rivière des Galets), de Mafate (10 km entre la rivière des Galets et le réservoir de Mon Repos) (les ouvrages de capatage et de transfert sont fonctionnels et en service pour le cirque de Mafate, en partie réalisés pour le cirque de Salazie),
     - 1 réservoir de tête (réservoir de Mon Repos situé à la Plaine Saint-Paul) d'une capacité de 50 000 m3 (ouvrage de stockage et de mise en charge),
    - 42 kilomètres de conduite principale d'adduction gravitaire (34 km de conduite maîtresse entre Mon Repos et Saint-Leu d'un diamètre compris entre 1600mm et 1000mm et 8 km d'adducteur principal entre Mon Repos et la rivière des Galets d'un diamètre compris entre 1400mm et 600mm (réseaux d'adduction réalisés en partie),
    - 8 antennes de distribution en refoulement composées de 46 km de réseau, 40 réservoirs de 3000 à 12000 m3 et 35 stations de pompage (réseaux de distribution, réalisés en partie).




  Description des prises d'eau du cirque de Salazie


Les synoptiques des prises d'eau de la rivière du Mât et de la rivière des Fleurs Jaunes sont disponibles. Le seuil des prises d'eau fonctionne comme de petit barrage, permettant la collecte des eaux par une grille. Cette eau captée va ensuite subir un premier filtrage grossier dans le dégrilleur et une première décantation dans le dessableur.

Les ouvrages de captage ont été conçus pour maintenir à l'aval des prises un débit réservé dont la valeur a été fixée réglementairement. De plus, les ouvrages sont équipés de dispositifs de passes à poissons qui garantissent une continuité hydraulique entre l'amont et l'aval du seuil pour les migrations saisonnières des bichiques. Elles sont implantées dans le corps de la prise afin de les protéger des crues exceptionnelles.

La construction des ouvrages de captage et des galeries les reliant au réseau a rencontré quelques difficultés, en particulier dans le cirque de Salazie. L'état d'avancement des deux phases de travaux concernant le captage est le suivant :
        - la phase Mafate :
Les travaux de la phase Mafate ont été réalisés entre 1989 et 1998 et ont abouti à la mise en service, le 1er août 1999, de 40% du linéaire des galeries de transfert et à l'équipement de 36% du périmètre global (2564 ha) pour un montant représentant 23% du coût global du projet.
Le compte-rendu d'exploitation pour l'année 2005 fait part de 301 abonnés au service, alimentés en eau brute à usage d'irrigation, de 1711 ha de surfaces souscrites, de 3 communes bénéficiaires d'eau brute à destination de l'alimentation en eau potable et de 13,2 millions de mètres cube d'eau mis en distribution.
 
        - la phase Salazie :
     Les différents ouvrages constitutifs du capatge et du transfert de l'eau captée dans le cirque de Salazie sont représentés sur la carte.
    Les travaux de génie civil relatifs à la prise d'eau de la rivière du Mât ont débuté en octobre 2001 et se sont achevés avec la mise en eau de l'ouvrage en octobre 2003. Les travaux relatifs aux équipements hydromécaniques, électriques et auxiliaires ont été terminés en octobre 2005.
    La réalisation des ouvrages de la prise d'eau des Fleurs Jaunes a débuté en juin 2004. Les travaux de génie civil sont achevés et la phase de marche industrielle en cours, visant à contrôler le bon état de fonctionnement des équipements, s'achèvera en janvier 2007, date de réception de l'ouvrage.
    Le lancement des travaux concernant la galerie Salazie Amont a été effectué en janvier 1999. Cependant, à partir d'octobre 2001, deux mois après la mise en service du tunnelier dans la galerie, celui-ci est progressivement stoppé par de très fortes arrivées d'eau (jusqu'à 400 L/s en octobre 2001 au point métrique 1238), qui, au fur et à mesure, n'ont plus montré de signes de tarrissement. Des pompes et des canalisations d'exhaure sont alors mises en place afin d'abaisser le niveau d'eau en galerie. Entre décembre 2001 et fin mai 2002, le chantier est inaccessible du fait des nombreuses destructions de la piste d'accès à la galerie suite à une tempête cyclonique (DINA). Les travaux ne redémarrent qu'à partir de fin mai 2002, après la reconstruction de la piste d'accès au chantier. Une campagne de sondages effectués dans l'axe de la galerie est alors entreprise et achevée début 2004. Elle a permis de définir, à partir des expertises géologiques, le scénario optimum au regard de l'ensemble des contraintes (techniques, financières, environnementales, et de sécurité) pour dégager le tunnelier et reprendre le creusement :
      - mise en oeuvre d'une galerie de contournement, parallèle à la galerie initiale inondée et excavée à l'explosif sur une longueur de 420m. Le retour de la galerie de contournement dans l'axe de la galerie principale a été atteint en décembre 2004 au point métrique 1420,
         - poursuite du creusement à l'explosif dans la zone aquifère jusqu'au point métrique 3000,
         - poursuite au tunnelier jusqu'à la prise d'eau des Fleurs Jaunes (PM 7840),
         - ouverture d'un second front d'attaque à l'amont à l'explosif entre les deux ouvrages de prises d'eau du cirque de Salazie,
         - anticipation de la rencontre d'aléas par la réalisation de sondages de reconnaissance à l'avancement.
Début décembre 2006, le front de creusement se trouvait aux abords du PM 2620. L'application des dispositions précédentes permet d'envisager une livraison de l'ouvrage fin 2011.
    Le creusement de la galerie Salazie Aval a été engagé avec l'excavation à l'explosif de la fenêtre d'attaque sur un linéaire de plus de 400m. Le tunnelier a alors pu être mis en service. Mais les travaux ont pris 9 mois de retard suite à l'immobilisation du tunnelier par des discontinuités géologiques, puis 3 mois de retard à cause du passage de cyclones début 2002. En juin 2002 a démarré le creusement du tronçon terminal de la galerie aval en attaque descendante. La rencontre des deux fronts d'attaque a été effectuée en décembre 2003. A la suite de travaux de finition, les dispositifs de captage des venues des eaux rencontrées en galerie ont été mis en place, permettant une réception de l'ouvrage en décembre 2006.

En novembre 2006, les travaux des galeries étaient avancés à 80%, l'équipement des périmètres atteignant 46%.



  Pourquoi l'étude des prises d'eau du crique de Salazie ?


Nous avons décidé de nous intéresser plus particulièrement, dans le cadre du projet d'Irrigation du Littoral Ouest, aux prises d'eau du cirque de Salazie qui connaissent quelques difficultés d'achèvement. Nous souhaitons comprendre le fonctionnement des prises d'eau à travers l'étude de viabilité du projet : les prises d'eau peuvent-elles effectivement collecter les débits nécessaires au projet ILO?

De plus, la prise d'eau des Fleurs Jaunes a connu d'importantes dégradations juste en aval de l'ouvrage, suite au charriage de pierres lors de la crue de mars 2006. C'est ce phénomène que nous cherchons à comprendre et expliquer dans un deuxième temps.


 

 Bibliographie


Figure 1 http://fr.wikipedia.org, consulté le 20 octobre 2006
Sites internet     http://www.cg974.fr : site officiel du Conseil Général de l'île de La Réunion
Ouvrages Etude BRL Ingénierie : "Les ressources superficielles des cirques de Mafate et de Salazie"
Etude BRL Ingénierie : "Mobilisation de nouvelles ressources en eau pour les Régions Est et Nord dans le cadre du transfert des eaux Est-Ouest"
Etude du Conseil Général de l'île de La Réunion : "Le projet d'Irrigation du Littoral Ouest, Description du projet, état d'avancement et principales orientations", Point établi au 19 septembre 2006
Etude du Conseil de l'île de La Réunion : "Principe de fonctionnement des ouvrages du cirque de Salazie, annexe 4"


Retour au menu du projet Prises d'eau