Etude de faisabilité d'une micro-centrale hydroélectrique

Analyse de la rentabilité économique

ETUDE

PRESENTATION DE L'ETUDE FINANCIERE

Analyse économique du projet

Dans le cadre de ce projet, nous allons nous intéresser à l'analyse de la rentabilité économique de l'installation d'une micro-centrale hydroélectrique qui exploiterait la ressource hydrique des ruisseaux du Siouré et du Moulin, tous deux affluents du Vicdessos, en Ariège.

Objectifs de cette étude

L'objectif est de déterminer la viabilité économique de ce projet. Pour cela, il s'agit de définir laquelle des configurations étudiées dans la partie choix des ouvrages, sera la plus intéressante pour des retombées financières rapides et sûres.

Rappels des objectifs de rentabilité

Un tel projet, s'il est porté par une communauté de communes, devra répondre à certains impératifs d'ordre financier. L'investissement initial entièrement emprunté devra être totalement remboursé (prêt + intérêts) par les recettes issues de la vente de l'énergie produite. C'est-à-dire que durant les premières années (une période d'environ 20 ans serait un temps de retour de l'investissement intéressant) les recettes ne serviront qu'à rembourser l'emprunt, et ce n'est qu'après cette période que l'exploitant aurait des retombées financières positives.

Méthode

Ce travail s'est fait en deux temps:

  • la première étape correspond à la description des différents coûts à prendre en compte répartis entre les coûts de l'investissement initial, et les charges d'exploitation annuelles.
  • l'étape suivante permet de déterminer le temps de retour de l'investissement, la valeur actuelle nette du projet, le taux de rentabilité. Ces critères nous ont permis de trancher entre les différentes configurations envisagées, et les risques relatifs à cet investissement ont été étudiés.

Outils

Un modèle créé sous excel et analysant des indicateurs économiques comme la VAN et le TRI a été développé. Les résultats obtenus ont été comparés avec ceux issus du logiciel RETScreen, connu des professionnels du domaine.

Les risques d'un tel investissement étant certains, notamment du fait de l'irrégularité de la ressource hydraulique, il est nécessaire de considérer ces résultats avec prudence. Pour cela, les principaux risques ont été déterminés et leur influence sur le projet a été étudier grâce au logiciel RETScreen.

 

Les bases des notions d'économie d'un projet mentionnées rapidement ci-dessus sont expliquées plus bas.


Quelques notions d'analyse financière  

L'étude de la rentabilité de ce projet nécessite plusieurs notions d'économie. Voici quelques explications et définitions pour les critères qui nous ont permis de déterminer l'installation la plus appropriée aux buts financiers de ce projet.

Qu'est-ce qu'un investissement ?

Un investissement est une dépense I en t=0 qui engendre des flux nets positifs Ft entre t=1 et t=n.

Source : http://www.cerna.ensmp.fr/Enseignement/CoursInitiationEco/3-EntrepriseInvestisement.pdf

Pierre-Noël Giraud / Ecole des Mines / Cours d'initiation à l'Economie

Dans notre étude, l'investissement de départ représente la somme des différents coûts de construction de la centrale (installation électrique, conduite forcée, local ...) que nous avons détaillée dans la partie COÛTS.

Notion d'actualisation

L'actualisation est le calcul qui sert à ramener à une même base des flux financiers non directement comparables. En effet, ces flux se produisant à des dates différentes, ils ne représentent pas la même valeur monétaire, ils doivent alors être actualisés avant de pouvoir les comparer et d'effectuer sur eux des opérations arithmétiques (wikipédia).

Pour simplifier, la notion d'actualisation s'appuie sur l'idée que la valeur d'un euro aujourd'hui n'est pas la même que celle d' un euro dans trois ans.

Actualiser la valeur de flux ou de revenus se produisant à des dates différentes dans le temps consiste à calculer leur valeur à une date donnée à l'aide d'un taux d'actualisation. Les valeurs obtenues sont appelées valeurs présentes ou valeurs actualisées.

  • VA(F) représente la valeur actualisée du flux,
  • F est le montant du flux à l'époque où il sera disponible,
  • t est le taux d'actualisation ou son cas particulier, le taux actuariel,
  • x est le temps, exprimé en nombre d'années, de la date d'actualisation à la date du flux.

http://www.decformations.com/controle_gestion/van.php

L'actualisation permet donc de calculer la valeur actuelle (en t=0) d'un flux monétaire futur, recevable en t.

La valeur actuelle nette

Définition : la Valeur Actuelle Nette (VAN) est la différence entre la Capacité d'Autofinancement actualisée générée par un investissement et le montant initial de l'investissement. On la calcule de la manière suivante:

où N représente le nombre d'années pour lequel est calculée la VAN, et I l'investissement initial.

Cette valeur repose donc sur la connaissance de la Capacité d'Autofinancement (CAF). Celle-ci se calcule en faisant la différence entre les produits encaissables (recettes dans notre cas) et les charges d'exploitation annuelles relatives à l'activité normale de l'usine (qui ne relève pas des opérations de financement). A cela s'ajoute la Dotation aux Amortissements qui est considérée de manière linéaire sur une durée de 40 ans (cette période correspondant au temps de fonctionnement prévisionnel de l'installation).

La VAN est calculée pour une période donnée depuis l'année de commencement du projet (investissement). Ce dernier est considéré comme bénéficiaire sur la période considérée lorsque la valeur actuelle nette devient positive. Une VAN égale à zéro signifie, alors, que le projet étudié permet de rembourser et de rémunérer le capital investi mais ne laisse pas de surplus à l'entreprise, donc qu'il n'accroît pas sa valeur.

Lorsque la valeur actuelle est positive, elle représente le surplus monétaire actualisé que l'entreprise espère dégager de la série des revenus futurs, surplus qui correspond à la valorisation supplémentaire de l'entreprise.

La valeur actuelle nette sert tant de :

  • Critère de rejet : tout projet, considéré isolément, dont la VAN est nulle ou négative, est rejeté.
  • Critère de sélection : entre deux projets concurrents, on retient celui dont la VAN est supérieur.

Le taux de rentabilité interne

Le taux de rentabilité interne (TRI ou TIR) est le taux d'actualisation pour lequel le cumul des capacités d'autofinancement égale le capital investi, en d'autres termes lorsque la valeur actuelle nette s'annule. La valeur actuelle nette d'un projet diminue au fur et à mesure que le taux d'actualisation s'élève.

C'est donc le taux i pour lequel il y a équivalence entre :

  • le capital investi d'une part,
  • la somme des flux de trésorerie prévisionnelle, d'autre part, actualisés au taux i.

Le TRI est aussi, et surtout, le coût maximum des capitaux que le projet pourrait supporter : à ce moment là, les capitaux empruntés étant d'un coût égal à la rentabilité économique du projet.

Le TRI est un outil de décision à l'investissement. Un projet d'investissement ne sera généralement retenu que si son TRI prévisible est suffisamment supérieur au taux bancaire, pour tenir compte notamment de la prime de risque propre au type de projet. Plus simplement, un projet, pour être rentable, doit avoir un taux de rentabilité interne supérieur au coût des capitaux.

Si le TRI est inférieur au taux d'actualisation ou au taux de rentabilité accepter par le promoteur, le projet sera refusé. Le taux de rentabilité interne représente théoriquement le taux d'intérêt maximum auquel on pourrait accepter d'emprunter pour financer l'investissement prévu.

Avantages de chaque méthode

La méthode de la Valeur Actuelle Nette (V.A.N.) permet de porter un jugement sur un projet considéré isolement. Il sera rejeté si la V.A.N. est négative ou nulle. Il sera sélectionné (ou plutôt présélectionné) si elle est positive.

Mais la seule considération de la V.A.N. ne permet de comparer deux projets concurrents que si la mise de fonds initiale est identique. En effet, un chef d'entreprise qui aurait à choisir entre deux projets à V.A.N. identique, mais se distinguant par une mise de fonds initiale différente, retiendrait le projet requérant la mise de fonds la plus faible.

L'avantage du Taux de Rentabilité Interne provient du fait que :
- le Taux de Rentabilité Interne est, en quelque sorte, une donnée technique liée au projet étudié et à lui seul, qui synthétise l'ensemble de ses caractéristiques (montant de l'investissement, charges …)
- la Valeur Actuelle Nette fait intervenir, en plus des caractéristiques techniques du projet, une donnée économique, le taux d'actualisation, qui procède souvent d'un choix plus ou moins subjectif (il est fonction de l'inflation, du coût des dettes de l'entrepreneur, des risques du marché,...)

Si on considère les projets isolément, les deux méthodes aboutissent à la même conclusion : les projets dont le taux de rentabilité interne (T.R.I.) est supérieur au taux d'actualisation choisi par le porteur du projet ont une valeur actualisée nette (VAN) positive et doivent être retenus.

Si on considère plusieurs projets qui sont en compétition ou entre lesquels on cherche à attribuer un ordre de priorité, l'application des deux méthodes peut conduire à des conclusions différentes.

 

haut de page


Références

Notions d'analyse financière :

http://www.cerna.ensmp.fr/Enseignement/CoursInitiationEco/3-EntrepriseInvestisement.pdf

http://www.encapafrica.org/SME/French%20materials/exercises%20handouts/SME-CPHandout-CalcNPV_fr.pdf

http://www.refer.mg/cours/analyse-projet/mod3/chap4/valeur_nette_1.htm

Le site RetScreen :

www.retscreen.net/

Manuels d'utilisateur de RetScreen 1 et 2

Quelques ordre de grandeurs de prix :

http://www.idemu.org/eie/enr/eau/eau.htm

http://www.pienergies.com/fr/eau/projet.hydro/etude.mch.html

 

haut de page

- Contact - Autres BEI