LGC :
Bioréacteur à membranes immergées

Conclusion


Au cours de ce projet, j'ai pu mettre en pratique les enseignements reçus lors de mes années passés à l'ENSEEIHT que ce soit pour appréhender le problème diphasique, pour comprendre les mécanismes de la filtration et du colmatage ou pour modéliser le système avec l'utilisation de Gambit et Fluent. Je dirais même que cette mise en pratique m'a permis d'aller plus loin, notamment dans l'utilisation des logiciels gambit et Fluent. De plus, j'ai pu découvrir les problèmes et enjeux de la filtration dans le traitement des eaux. Etant donné que c'est un sujet d'actualité, je pense que c'est un apport non négligeable de connaissances, complétant ainsi ma formation au sein de l'ENSEEIHT. J'ai également ressenti l'absence d'un binôme dans ce projet, même si mon encadrante, Marion Alliet Gaubert, a pu faire preuve de beaucoup de disponibilité. En effet, face à certains problèmes rencontrés, il pouvait manquer un dialogue, un second point de vue, qui aurait permis de sortir plus rapidement d'une impasse, appréhender différemment le problème, ... Cependant, cette solitude a été un choix personnel que je ne regrette pas puisque j'ai pu garder un sujet que j'ai apprécié et mener un projet dans sa totalité avec ses hauts et ses bas. Pour finir, ce projet n'est pas terminé, beaucoup de pistes sont possibles ce qui me laisse sur une légère frustation. Et ce n'est qu'à la fin du projet, à l'heure du bilan, où je me rends compte que j'ai pu perdre du temps en bloquant sur tel ou tel point (notamment les UDF). Un temps qui aurait pu servir à se lancer sur une autre piste. J'espère que le travail accompli pendant ce BEI pourra être repris afin de poursuivre les recherches sur la compréhension de ce procédé.