logo-n7.gif
Conception d'un pilote de potabilisation d'eau en matériaux de récupération
 

Introduction- Accueil
Avant-projet sommaire
Avants-projets détaillés
Production d'eau potable
Production d'énergie
Conclusion


c Entretien et maintenance
     du système

c Le décanteur

c Le filtre à sable

c Le bac de
     décontamination UV


Introduction

Contexte
     socio-économique

Maladies hydriques

Procédés utilisés

Dimensionnement

Construction

Entretien

Analyses

Conclusion


Projets des groupes
Autres travaux
Département HMF


Entretien et maintenance du système  

Avant toute chose, lors de la construction, il faut s’assurer de la propreté de l’intérieur des cuves, du sable et des bouteilles. Il est préférable de tout rincer à l’eau de javel diluée et de rincer abondamment. C’est probablement le seul produit chimique qui est nécessaire dans ce projet. L’eau de javel est un produit bon marché et courant. Ces caractéristiques font que l’utilisation de l’eau de javel n’est pas en contradiction avec notre philosophie. Après la désinfection du système avant la première filtration, il faut penser à l’entretien des différentes unités du système.

Un aspect important pour éviter les pertes d’eau est la vérification constante de la bonne étanchéité du système. On limite ainsi la formation de biofilms lorsque l’unité n’est pas en fonctionnement. Dans les zones tropicales où les températures sont élevées et où le soleil est présent, le développement de micro-organismes et de biofilms dans des systèmes comme le nôtre est inévitable. Ces biofilms peuvent être toxiques pour la consommation d’eau. Il s’agit donc de réduire au maximum les « recoins » ou les endroits du système où les débits seraient plus faibles. Afin d’éviter ces pollutions biologiques, on veillera à ce que les étapes de lavage et d’entretien soient bien respectées. Les tuyaux du système doivent impérativement être grattés à la limaille de fer ou autre substance abrasive pour ce problème de biofilms.

 

Le décanteur  

Le décanteur, récupère la plupart des MES de l’eau en entrée. Celles-ci, si elles sont présentes trop longtemps dans le décanteur, peuvent fermenter, réagir et ajouter des composants indésirables dans notre système et notre eau. Pour éviter ce désagrément, il faut laver le décanteur. Selon la quantité de MES accumulée et le temps de séjour, on doit procéder à une vidange du bac. Pour ce faire, une solution simple est le siphonage. Pour cela, il suffit d’un bout de tuyau auquel on applique le principe du siphon et on peut ainsi « aspirer » les particules solides du fond du bac. Cependant, cette méthode ne peut pas permettre de tout enlever. De temps en temps, il faut laver à grandes eaux, la bâche. On retire le décanteur et on le rince abondamment.

 

Le filtre à sable  

Comme nous l’avons montré dans la partie « résultats et analyses », le filtre à sable se colmate au long des filtrations successives. Selon le calcul effectué dans cette même partie, il faut effectuer un entretien du filtre à sable toutes les 3 semaines environ. Pour la maintenance du filtre, il y a deux options qui dépendent directement des conditions locales. On peut soit laver le sable, soit le changer. Si la ressource en sable est abondante, on peut tout simplement changer le sable. Toujours faut-il que le sable ait été rincé à grandes eaux afin d’éliminer le maximum de particules indésirables qui pourraient accélérer le colmatage voire contaminer l’eau.
Si la solution est plutôt de garder le même sable, on veillera à bien laver ce dernier. Dans des grandes cuves remplies d’eau claire (celle qui sort du filtre par exemple) on plonge le sable et on agite. On essaie ensuite d’éliminer le maximum de particules, soit en enlevant les surnageants, soit en perçant le fond des cuves de tout petits trous afin de laisser les particules du fond percoler et s’évacuer. On obtient ainsi un sable de nouveau prêt à l’emploi.

 

Les bacs de décontamination UV  

Les bouteilles vieillissent au fil des cycles de production, elles se rayent, le PET perd certaines de ces propriétés à cause de l’exposition prolongée au soleil. Le vieillissement des bouteilles PET peut entraîner une baisse de la transmission UV. Ceci peut réduire l’inactivation des micro-organismes. Il est donc nécessaire de changer les bouteilles à une fréquence donnée. Nous n’avons pas pu déterminer cette valeur faute de donnée sur le sujet. Ainsi, il est adéquat de changer les bouteilles en même temps que l’entretien du sable et du décanteur, soit toutes les 3 semaines.


 

r Construction..............................................;........................................Analyses r