Avant Projet de Groupe :
Adour
Trinôme : Marie Le Bihan | Chloé Vincent | Olivier Marron
Sujet d’étude du trinôme :
  • Effet des surcotes dans l'estuaire de l'Adour
  • Interaction fluide structure à l’embouchure de l’Adour
    1. CONTEXTE DE L'ETUDE :
    Notre trinôme va s’attacher à étudier les surcôtes à l’embouchure de l’Adour, ainsi que leur impact sur les aménagements existants. Un historique de l’embouchure de l’Adour permet de mieux appréhender les fonctions des aménagements actuels.

    Historique de l’embouchure de l’Adour à Bayonne – Anglet :
    Depuis 1578, les travaux se sont succédés pour améliorer les conditions de navigation dans le chenal d’accès au port et pour lutter contre la dangereuse barre sableuse qui tend à obstruer le débouché en mer. Ce n’est donc qu’au prix de considérables efforts d’endiguement et de dragage que les accès au port de Bayonne ont pu être assurés. Depuis 1896, 450 000 m3 de sable ont été extraits en moyenne du chenal chaque année. Il convient de leur ajouter les 350 000 m3/an d’emprunt sur les plages entre 1960 et 1977. Après la construction de la digue nord, en 1963, la côte a reculé d’une quarantaine de mètres en 10 ans au sud de l'embouchure. Les violentes tempêtes de 1975 ont considérablement endommagé l’ancienne route littorale, déchaussé les ouvrages et conduit à la disparition complète de la plage. Depuis cette date et jusqu’en 1990, les sédiments dragués ont été rejetés en grande partie dans les petits fonds actifs et un certain nombre d’ouvrages ont été reconstruits.

    Des aménagements sous formes de digues existent déjà à l’embouchure de l’Adour, la modélisation des interactions fluide-structure peut donc être intéressante à étudier, et plus particulièrement dans le cas de surcotes, que l’on aura préalablement modélisées.
    2. DEFINITION DU PROJET :
    Nous avons divisé notre travail en quatre étapes, une commune à tout le groupe et les 3 autres spécifiques à notre trinôme. Il faut tenir compte du fait que la première étape est très complète mais n’est pas détaillée ici car elle l’a déjà été dans le cahier des charges de groupe. Les étapes sont les suivantes:
  • 1ère étape : Modélisation des surcotes océaniques à l’embouchure de l’Adour à l’aide du logiciel Mike 21 FM
  • 2ème étape : Etude des efforts sur les digues existantes lors d’une marée montante normale
  • 3ème étape : Etude de l’impact de la surcote sur les digues
  • 4ème étape : Développement d’une méthodologie de calcul de ces impacts qui pourrait s’étendre aux zones de travail des autres binômes
    3. ARTICULATION AVEC LE PROJET DE GROUPE :
    Toute la première étape est commune au groupe, chacun des binômes se concentrant sur une région particulière. Le but étant de finir la modélisation tous en même temps afin de pouvoir passer aux projets spécifiques ensuite.
    Le développement de la méthodologie de calcul a pour but d’offrir la possibilité aux autres binômes d’utiliser notre travail pour l’appliquer à leur site géographique. Par exemple la baie de Saint Jean de Luz comporte plusieurs digues à son entrée (vers Socoa), et nos calculs pourraient y être appliqués.
    4. METHODOLOGIE :
    Pour venir à bout des différentes étapes de notre travail, nous allons suivre la méthodologie détaillée ci après :
    1) Traiter la partie commune en respectant la méthodologie du groupe
    2) Extraire les résultats donnés par Mike 21 et les rendre utilisables pour la suite
    3) Réunir les données de marées et de géométrie des digues
    4) Entrer les données dans le logiciel choisi et simuler l’interaction fluide structure
    5) Exploitation des résultats
    6) Ajout des résultats de Mike 21 comme paramètres de la simulation : effet de la surcote
    7) Rédaction des divers rapports et présentations en parallèle avec les autres points
    5. PLAN DE TRAVAIL :
    Notre plan de travail se répartit sur les 6 semaines du BEI de la façon suivante, chaque étape de travail correspondant aux différents points de la méthodologie détaillée précédemment :