Projet I :
Contexte du projet
1. Contexte socio économique :


Le phénomène de surcote est un phénomène naturel encore mal connu à ce jour et peut engendrer des dégâts considérables. En effet, lors de la tempête de décembre 1999 en France, de nombreux dommages ont été causés par ces surcotes. Par exemple, les communes situées sur la rive droite de l’estuaire de la Gironde ont été inondées. A Bordeaux, le fleuve est passé par-dessus les quais et des dizaines de voitures ont été submergées. De même, dans l’arrondissement de Blaye, la rupture des digues a entraîné l’inondation de 5000 ha de terres et celle du site nucléaire de Braud-et-Saint-Louis qui comporte quatre tranches de 900 MW. Les parties les plus basses des bâtiments ont été envahies et l'eau s'est précipitée dans les galeries techniques des bâtiments où le niveau a atteint de 1 à 4 m provoquant l'arrêt durable de deux réacteurs. Conçues pour résister au feu, les portes n'ont pu empêcher l'eau de mettre hors d'usage des équipements conçus comme cruciaux pour la sécurité de la centrale. De manière générale, en France la tempête de décembre 1999 a causé 19,2 milliards de dollars.

2. Conflit / Coopération :

Pour réaliser notre étude, nous avons eu besoin d’un grand nombre de données qui ne sont généralement pas en libre accès. Nous avons donc démarché plusieurs organismes afin d’obtenir toutes les informations nécessaires à notre projet. En tant qu’étudiants, bon nombre d’organismes ont coopéré et nous ont fourni les produits demandés tout à fait gratuitement. Toutefois, notre partenariat avec DHI nous a parfois causé quelques torts. En effet, certains organismes, après avoir été mis au courant de notre projet, nous ont considéré comme des médiateurs utilisés par DHI pour parvenir à leurs fins. Nous nous sommes donc trouvés confrontés à quelques réticences en raison de notre statut. Certains organismes ne souhaitaient pas divulguer des données gratuitement à de grands cabinets industriels susceptibles de se permettre un tel achat. Il aura donc suffit d’exposer notre détachement pour DHI et de mettre en avant notre propre intérêt pour convaincre les plus réticents.
3. Contextes territoriaux :

L’étude des surcotes apparait très importante au niveau territorial. En effet, la présence d’axes routiers, de villes et de cultures aux abords de nos zones d’étude met en avant le caractère catastrophique que peut avoir une surcote telle que celle survenue lors du mois de décembre 1999. Lorsqu’il survient une inondation de plus de 2 m à Bordeaux par exemple, il est très facile d’imaginer l’impact néfaste d’un tel évènement au niveau territorial (grande ville, rocade, autoroute, …). Il ne faut pas oublier aussi les conséquences désastreuses pour un agriculteur qui se retrouverait avec ses champs inondés. Une année de récolte peut ainsi être détruite si cette catastrophe se produit au mauvais moment.
4. Contexte politique :

Notre projet s’inscrit également dans un contexte politique : les collectivités locales concernées telles que les mairies sont très intéressées par cette étude. Ceci paraît tout à fait normal étant donné les dégâts possibles décrits plus haut. Dès lors, des systèmes d’alerte peuvent être intégrés au niveau des différentes mairies situées dans nos zones d’étude. Il est possible de tisser de véritables réseaux d’informations et de contacts entre ces collectivités.