Aménagements d'un cours d'eau en aval de
l'usine de Saint Lary

Présentation                                  


La Neste

Les caractéristiques


La Neste est une rivière du sud-ouest de la France qui prend naissance dans le parc national des Pyrénées.

La Neste prend le nom de Neste d'Aure vers Saint-Lary-Soulan . Elle est issue de plusieurs Nestes : ( Neste de Saux (6.7 km), Neste du Moudang ( 9.4 km) , Neste de la Géla (7.8 km ), Neste de Badet , Neste de Couplan (16.6 km)...) et prend son nom définitif Neste à Arreau où elle reçoit la Neste du Louron. Elle se jette dans la Garonne à Montréjeau (31).

La partie que nous étudions est celle du pont de Vielle Aure sur deux kilomètres.

Le débit moyen est de 19,4 m3/s mais elle est soumise au cycle des saisons ainsi qu'aux crues de façon régulière.

De plus, les affluents de la Neste comportent plusieurs barrages hydro-électriques qui ont pour conséquences, lors des lachés de barrages, de déverser des eaux très chargées en sédiments.


Contexte et enjeux

Modèle conceptuel

(d’après " impacts écologiques de la chenalisation des rivières" Cemagref)

 

diag_eco 

 

 

Aménagements

La Neste est un cours d’eau de Montagne, qui dans la section étudiée à l’aval de Saint Lary présente toutes les caractéristiques d’une rivière « chenalisée » c’est à dire dont l’écoulement a été accéléré en augmentant la débitance, afin de faire face aux crues et lâchés de barrages qui provoquaient des inondations du lit majeur urbanisé.

 

Les moyens employés ont été :

    - Endiguement des berges du lit mineur.

    - Reprise des profils en travers.

    - Rectification du profil en long.

    - Linéarisation du tracé en plan.

 

En terme d’écosystème, on peut résumer les conséquences de ces aménagements comme suit :

 

a) Conséquences en périodes normales

Macrostructures

Aménagements

Morphologie

Ecologie

Biologie invertébrés

Biologie truite

Endiguement des berges du lit mineur.

 

Interruption de la connectivité transversale lit mineur/lit majeur

Disparition des zones humides, des zones d’eau calme 

Perte d’habitat

Zones de reproduction

Reprise des profils en travers.

 

Perte de diversité morphologique

Disparition de certains types d’habitat (eaux  très profondes ou peu profondes) 

Perte d’habitat

Zones de chasse

Zones de refuge

Rectification du profil en long.

 

Disparition des séquences rapides/calmes (radiers/mouilles)

Uniformisation des alternances de faciès appréciés par la truite fario 

Perte d’habitat

Zones de chasse

Zones de refuge

Linéarisation du tracé en plan.

 

Augmentation de la pente et donc augmentation des vitesses

Disparition des bras morts

Des zones d’accrétion (dépôts sédimentaires), des zones d’érosion

Perte d’habitat

Zones de chasse

Zones de refuge

Zones de reproduction

 

Microstructures

Un impact secondaire de ces aménagements est la disparition des embâcles et amas de blocs propices aux abris naturels.

D’autre part, l’endiguement réalisé en enrochements ne permet pas le développement d’un couvert  végétal servant habituellement de refuge.

 

 

b) Conséquences en périodes critiques

En période de crue, les vitesses importantes conduisent à une déstabilisation du substrat.

Les invertébrés peuvent être entraînés vers l’aval conduisant à l’appauvrissement en terme de nourriture.

 

A l’étiage, l’étalement de la lame d’eau sur toute la largeur du profil  conduit à une perte de refuges, et d’autre part à des écarts thermiques plus importants.

 

Restauration

La Fédération de pêche de Haute Pyrennées a réalisé divers aménagements visant à restaurer l’habitabilité piscicole de la Neste :

               - Restauration d’un petit cours d’eau affluent de la Neste avec zones humides.

               - Création d’une zone de fraie par dérivation vers des canaux d’irrigation abandonnés.



Ces aménagements ont déjà donné des résultats en matière de zone de reproduction (voir photos ci-dessus).

Ils peuvent être classés dans une problématique de connectivité transversale (cf. plus haut).

Il nous a semblé important, pour compléter les différents habitats de la truite, de nous intéresser aux zones de chasse et de repos, principalement dans le cours de la Neste, ainsi qu'au cadre réglementaire dans lequelle se situe notre projet d'aménagement

 

Haut de page

La truite Fario


L'espèce qui nous intéresse dans le cadre de notre BEI est la truite fario ou truite commune. C'est un salmonidé largement répandu en Europe. Elle est consommable et c'est pourquoi la fédération de pêche cherche à favoriser son implantation dans la Neste.


Les caractéristiques de l 'espèce

Son corps est fuselé et élancé, elle possède de très petites écailles et elle a une grosse tête. Sa longueur moyenne est de 30 cm, son poids de 300 à 500 g.
On peut la reconnaître grâce à la toute petite nageoire placée entre la dorsale et la caudale, la nageoire adipeuse, caractéristique de la famille des salmonidés.

truite


Elle mange des insectes, larves, vers, mollusques et petits poissons. Elle chasse à l'affût, capturant les proies qui passent à sa portée en pleine eau ou en surface. C'est pourquoi, elle a besoin de zone d'ombre pour favoriser sa chasse.

Elle se reproduit en hiver. La femelle pondra de 1000 à 4000 œufs sur un fond caillouteux dans lequel elle aura aménagé un nid. Les alevins sont fragiles et ont besoin de zones avec peu de courant pour grandir et trouver leur nourriture. Si celle-ci n'est pas suffisante, ils se livrent au cannibalisme. Ils ont un très faible taux de survie dans leurs milieux actuels. La population sauvage régresse et on maintient le nombre de truite fario dans les rivières de façon artificielle.

oeufs

Photo S. Dernier - Conseil Supérieur de la Pêche (CSP)

Elle aime les eaux vives, fraîches et bien oxygénées. Elle préfère les rivières et torrents, mais peut vivre dans les ruisseaux de plaine et les lacs pourvu que la température de l'eau ne dépasse pas 18°C, exceptionnellement 20°C. On la trouve dans toute l'Europe.


Contraintes 

Pour favoriser la survie dans la Neste de la truite fario, les aménagements que nous devons proposer doivent répondre à trois problématiques:

- la nécessité de zones d'ombre: En effet, la truite fario chasse à l'affût et si la rivière est trop dégagée, les poissons auront du mal à chasser et auront tendance à manger les oeufs et les poissons plus petits.

Abris à poisson proposé

-la nécessité de zones de calme : Pour le frayage évidement mais aussi pour les poissons plus jeune et moins résistants. Les truites fario apprécient grandement les zones de faible vitesse de courant. En fait, elles apprécient les rivières qui comportent à la fois des eaux vives et des eaux calmes mais la chenalisation fait disparaître cette mixité. 
- la nécessité de zones non soumises aux phénomènes de turbidité : Lors des lâchés de barrage, le courant amène des flux chargés de sédiments. Si les poissons adultes résistent bien à ces phénomènes passagés, les poissons les plus jeunes sont décimés par le manque d'oxygène.

Haut de page