Notre projet repose sur un besoin croissant de performance pour le refroidissement des composants de satellite. En effet, plus les satellites sont soumis à des critères de performances en matière d'embarquement de composants et plus le satellite doit avoir un refroidissement capable d'évacuer la puissance dégagée par ces composants.

Plus on embarquera de composants dans un satellite et plus le lancement sera rentable.

La France a un retard de 10 ans environ sur les américains : un lancement échoué à détruit les derniers essais. Il est alors nécessaire de rattraper ce retard pour continuer à être compétitif.