But : ajouter un premier obstacle de forme rectangulaire dans le tube capillaire précédent afin de voir comment se comporte la bulle à la traversée de cet obstacle.

Maillage réalisé



Maillage de 44 500 mailles.

Conditions de simulation

Identiques à celles de la partie 'Cas d'étude'  (ascension d'une bulle)

Patch initial : taux de présence de l'air = 1 dans le rectangle rouge

 

Résultats obtenus

 

Le passage de l'obstacle par la bulle ne paraît pas physiquement incohérent : elle se contorsionne pour passer dans la partie non obstruée de la conduite. Puisqu'on est en mode axisymétrique, le volume de capillaire bouché par l'obstacle est en fait assez important.

Le seul point qui semble un peu étrange concerne le liquide dans l'obstacle, puisque la bulle de gaz semble lui boucher entièrement son passage, ce qui n'est peut-être pas très  physique.

La simulation montre qu'après passage de l'obstacle, la bulle semble se casser, à cause de la forte vitesse du liquide. Ce résultat semble admissible, bien que certains éléments ne paraissent là encore pas très physiques : il est difficile d'imaginer la bulle rester coller à la paroi comme on le voit à t = 0,108 s. Cet effet peut provenir de la valeur de l'angle de contact, qui été fixé arbitrairement à 90° au niveau de la ligne triple eau/air/paroi de l'obstacle. Cette valeur conditionne la forme de la bulle, puisque la normale à l'interface est reconstituée orthogonalement à la paroi ici, engendrant ainsi ce long bras de la "bulle".

 

Bilan

L'influence de la valeur de l'angle de contact paraît être un paramètre important dans ce genre de configurations avec obstacle comportant des lignes triples. Il semble donc important d'étudier l'influence de ce paramètre. Voilà une perspective qui pourrait permettre d'améliorer les résultats obtenus...