Différences de notre situation avec le cas général

La majorité des études sur les intrusions salines sont faites sur des îles entourées d'eau salée ou à propos d'intrusions salines sous les côtes maritimes d'un continent.

Il y a donc de petites différences entre cette littérature et notre cas d'étude. D'abord, l'île de Mar Lodj située dans le delta du Siné Saloum est, au lieu d'être entourée par la mer ou un océan, entourée par deux bras d'un fleuve. Une des particularités de notre situation est que l'eau du fleuve est très salée puisque dans cette région l'océan et les marées ont pris le dessus sur le débit du fleuve. C'est d'ailleurs pour cette raison que le problème de l'eau potable est si important à cet endroit du monde. Nous n'avons malheureusement pas réussi à obtenir de données sur la salinité de l'eau du fleuve, nous l'avons cependant estimée à 2,5g de sel/litre. Nous nous sommes basés sur une salinité de l'océan Atlantique de 3,5g de sel/litre (1).

De plus, dans les cas généralement étudiés la perméabilité du sol sous la mer est considérée comme constante, toutefois dans notre cas puisqu'il s'agit des bras d'un fleuve qui entoure l'île ou lieu de la mer il y a de grandes chances que la perméabilité du sous sol ne le soit pas. En effet, dans le fond d'un fleuve il y a la plupart du temps une couche de limon peu perméable (voir le schéma ci-dessous). Ainsi l'hypothèse d'un milieu continu et de perméabliité constante n'est pas vérifiée. Pour améliorer le modéle et le rendre plus proche de la réalité on devrait prendre en compte deux couches de perméabilité très différentes pour modéliser le sous sol sous l'eau salée.

Schéma en coupe représentant la situation de l'île de Mar Lodj

 

 

 

 

Bibliographie

1. Site internetde l'éducation nationale
http://www.educnet.education.fr