Conception du réservoir/ PARTIE 4

<-- Retour vers PARTIE 3                                                                               Page suivante: PARTIE 5 -->

 

Limitation de l'évaporation

 

I] Réservoir couvert d'une bâche pointue

II] Réservoir couvert d'une bâche en V

III] Coût et comparaison de chaque méthode

 

Pour conserver le maximum d'eau de pluie dans le réservoir, il est important de trouver un système pour limiter l'évaporation dans cette région très aride. L'idée de couvrir le réservoir par une bâche en plastique semble la plus efficace et à un moindre coût. Il sera ainsi possible de nettoyer et curer le fond du réservoir tous les ans en gardant un accès vers l'intérieur. D'autre part, la surface du réservoir sera utilisée comme surface de drainage. La première possibilité pour limiter l'évaporation consiste à placer une bâche suivant la forme d'un toit rond. Il peut y avoir deux formes de toit: un toit pointu ou un toit en V. Le fait de fermer le réservoir sans
aération limiterait l’effet d’évaporation et le développement des moustiques. Cependant, le fait d’avoir des courants d’air devrait suffire à incommoder les moustiques et baisserait la température de l’eau. Ceci est un paramètre important car la température est aussi préjudiciable, l’arrosage avec de l’eau chaude peut avoir des conséquences néfastes et le développement de bactéries est plus important dans les eaux tièdes. Nous avons donc choisi de privilégier le courant d’air plutôt que la fermeture totale du réservoir.

 

I] Réservoir couvert d'une bâche pointue

La bâche doit être conique, donc formée par 8 triangles isocèles, et retenue en son centre par un pilier en acier de 6 mètres de hauteur:

La bâche est donc composée de 8 triangles isocèles (équivalent en surface à 8 rectangles de 10,4 x 18 m) d’une superficie de 187,2 m² chacun. La superficie totale de la bâche est donc de 1497,6 m², soit environ 1500 m².
Les pans de la bâche doivent être rentrés légèrement vers l’intérieur du réservoir pour pouvoir récupérer les eaux de pluie qui tombent sur le toit.
Pour permettre une aération, la bâche ne rejoindra pas directement le réservoir mais une grille d’environ un mètre de hauteur situé sur le haut du bassin, comme illustré ci-dessous.

Enfin, pour permettre à l’eau de pluie récoltée par la bâche de rentrer directement dans le réservoir, les pans de la bâche de rejoindront pas les bords extérieurs de la grille mais s’arrêteront un peu avant, à l’intérieur du réservoir.
Il est important d'intégrer des portes dans les grilles latérales pour permettre l'accès au réservoir et le curage.

 

 

II] Réservoir couvert d'une bâche en V

 

La deuxième possibilité est de placer la bâche en forme de V, c'est-à-dire que les points hauts du toit sont situés sur les bords. Le creux de la bâche, au milieu du réservoir, sera maintenu par une armature sur laquelle une grille sera déposée, et qui sera chargée de filtrer l’eau et d’empêcher les moustiques de passer. La bâche a exactement la même forme que pour le cas précédent, donc la même superficie, 1500 m².

Il est important d'intégrer des portes dans les grilles latérales pour permettre l'accès au réservoir et le curage.

 

 

III] Coût et comparaison de chaque méthode

 

La surface utile de bâche dans les deux cas décrits précédemment est de 1500 m², ce qui représente le coût suivant en fonction de la bâche:

Comme décrit dans la partie de comparaison des matériaux, la bâche PVC a le meilleur rapport qualité prix alors que la bâche EPDM est beaucoup plus résistante aux UV. Enfin, la bâche COTOA est disponible sur place (à Dakar) donc les frais de transport seront beaucoup moins élevés pour une qualité tout à fait acceptable.
Les deux méthodes détaillées pour recouvrir le toit du réservoir présentes chacune des avantages et des inconvénients:

La forme de bâche la plus pratique semble donc être la bâche pointue.