Contexte politique

<-- Retour vers le contexte géographique                             Page suivante: Contexte réglementaire -->

 

 

II] Contexte politique

 

2.1 Au niveau national : une démocratie attentive au problème de l'eau

Le Sénégal a une longue tradition démocratique. Colonie française de 1814 à 1960, les Français pratiquèrent l’esclavage jusqu’en 1848. Aujourd'hui les Sénégalais attendent une coopération des Européens et de leurs associations humanitaires. La France favorisa l’économie sénégalaise en développant la culture de l’arachide à des fins d'exportation. À partir de 1914, le premier Africain du Sénégal pût siéger au Parlement français, alors que les habitants des communes de Saint-Louis, Rufisque, Gorée et Dakar se virent attribuer la citoyenneté française. Après la Seconde Guerre mondiale, une assemblée territoriale fut créée au Sénégal; Léopold Sédar Senghor, l'un des députés au Parlement français, domina la vie politique locale de son pays. Le français avait été choisi comme langue officielle durant toute la colonisation française. En 1958, le Sénégal obtint le statut de république au sein de la Communauté française; la capitale sénégalaise est transférée de Saint-Louis à Dakar.

Après l'indépendance en 1960, le pays est devenu très présente sur la scène internationale et sur une longue période a maintenu une relative stabilité politique et sociale. Le pays a connu jusqu’ici trois Présidents de la République : Léopold Sédar Senghor (1960-31 décembre 1980), Abdou Diouf (Janvier 1981- Mars 2000) et Abdoulaye Wade qui a été élu le 19 mars 2000 et toujours Président à l’heur actuelle.

L'administration sénégalaise est organisée de façon plus ou moins similaire à la française : village -> communautés rurales -> arrondissements, sous-préfets -> départements (27), préfets -> régions (10) -> Sénégal.

Depuis décembre 1982, le pays fait face à une rébellion armée au sud (Casamance), conduite par le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, fondé en 1947). Selon le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Afrique de l'Ouest, Ahmedou Ould Abdallahi, il s'agit d'un «conflit de faible intensité », mais qui est aussi « le conflit le plus vieux d’Afrique ». L'île de Mar Lodj est plutôt isolée de ces conflits.

 

Les principales institutions intervenant dans le domaine de l’eau et de l’irrigation sont le Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique et le Ministère de l’environnement et de la protection de la nature. Le gouvernement a également mis en place des structures pour aider la mise en œuvre d’une gestion opérationnelle des ressources en eau : le Conseil supérieur de l’eau, et le Comité technique de l’eau par exemple.

 

2.2 Au niveau local : un soutien décentralisé

Le Gouvernement sénégalais a mis en place une stratégie de développement rural décentralisé, afin de lutter contre l'incidence élevée de la pauvreté en milieu rural. Compte tenu de la rareté des moyens financiers et de l'insuffisance de la qualité des ressources humaines, et face à l'urgence liée à l'amélioration des conditions de vie des populations, le développement rural décentralisé se présente en effet comme une des stratégies les plus appropriées pour simultanément impulser le développement local et lutter contre la pauvreté. L'objectif est de faire accéder efficacement les ressortissants du monde rural aux services sociaux essentiels (santé, éducation, eau potable, etc.) comme citoyens, et au marché en tant que agents économiques. Ainsi des comités ruraux avec des conseillers agricoles ont par exemple été mis en place afin de soutenir les populations locales dans leurs projets de développement. Des organisations paysannes se sont mises en place, leur but étant de clarifier le concept de "responsabilisation paysanne" qui est un leitmotiv de la Nouvelle Politique Agricole. Sept structures nationales ont créé, en 1993 au Sénégal, le CNCR (Comité National de Concertation et de Coordination des Ruraux), composé de cinq délégués de chacune des sept structures : cinq Unions Nationales de Coopératives (Agriculteurs, Eleveurs, Pêcheurs, Horticulteurs, Forestiers), la Fédération des Associations de Femmes et la Fédération des ONG du Sénégal (comprise d’organisations paysannes autonomes).

 

L'île de Mar Lodj est rattachée à la région de Fatick. Les villages font partie de la communauté rurale de Fimela. Mais les villages sont également symboliquement sous la responsabilité d’un chef de village (en général un « ancien », sage), qui organise des assemblées afin de débattre avec la population des problèmes et solutions envisageable. L’avis du chef de village est respecté et a une grande importance dans les prises de décisions. Par exemple pour la réalisation de notre projet, une assemblée générale a été organisée sur la place du village, 116 personnes ont signé le registre de présence, et tous les conseillers, chefs religieux et comités étaient présents et ont tous adhéré au projet.

 

Pour en savoir + :