Insertion d'une digue dans notre modélisation: résultats

<-- Page précédente "Partie B: Etat des lieux des digues existantes"

 

Lorsque la digue est insérée sur Matisse, puis que la modélisation est lancée sur Télémac, on peut visualiser les résultats via Rubens. On peut visualiser la digue facilement en regardant la côte du fond:

Côte du fond en présence de la digue

Côte du fond en présence de la digue

Digue et cuvette de récupération des eaux de ruissellement

Digue et cuvette de récupération des eaux de ruissellement

 

Le contour de la digue est ici matérialisé en noir pour une meilleure visibilité. La hauteur de la digue a été fixée à 5m, bien qu'une hauteur plus faible convienne aussi car le niveau d'eau n'atteindra jamais cette hauteur. Entouré en rouge se trouve la zone au pied de la colline qui recueillera le ruissellement des eaux de pluie et permettra de faire de la riziculture.

En ce qui concerne les hauteurs d'eau, on se place dans le même cas que précédemment et on remarque que la digue permet d'éviter l'invasion de la cuvette par l'eau de mer. Ci dessous on a tracé les hauteurs d'eau et le relief dans notre zone d'intérêt pour un temps d'inondation maximale:

Hauteurs d'eau et relief au niveau de la digue: Hauteurs d'eau et relief au niveau de la digueHauteurs d'eau et relief au niveau de la digue
On observe que grâce à la digue la portion de terre qui était inondée par le nord ne l'est plus.
La surface qui est désormais épargnée par l'arrivée d'eau de mer est environ longue de 350m et large de 200m, soit une surface d'environ 5,5 hectares (en considérant la zone semi-elliptique).
A titre indicatif, la digue anti-sel construite à l'initiative de l'association CARITAS a "sauvé" 120 hectares de terres, mais elle est de plus grande ampleur.
Critique des résultats et précisions pour une future installation de la digue:
  • La digue proprement dite a été "construite" par changement de la topographie des points impliqués sous le logiciel Matisse. Sa position, tout comme sa taille, ne sont qu'approximatives. De plus les points situés autour sont en général influencés par des changements importants de topographie, ce qui conduit à une surélévation globale de la zone. Ainsi la "cuvette" se trouve-t-elle légèrement surélevée.
  • Pour une meilleure approximation de la topographie réelle, des données terrains s'avèrent indispensables. De même il conviendrait d'analyser la structure du terrain avant de construire l'ouvrage. L'étude réalisée ici est incomplète; elle a été réalisée car la construction de digue est une excellente façon de lutter contre la salinisation des terres et offre la possibilité de nouvelles cultures (riziculture). Le but de l'étude était de montrer que de nouvelles digues peuvent et doivent être construites, en particulier lorsque le terrain y est propice (pour notre cas, proche d'une colline donc particulièrement intéressant pour récolter les eaux de ruissellement).
  • De même, la hauteur de la digue a été fixée à 5m car le niveau d'eau n'atteint jamais cette hauteur. Cependant, la hauteur de la cuvette est assez élevée bien que plus basse que la digue de plusieurs dizaines de centimètres. Ceci pourrait conduire à des débordements en saison des pluies. En vue d'une future construction, il faudrait éventuellement ajuster la hauteur de la digue ou bien creuser dans la "cuvette".