Impact sanitaire

<--Retour vers l'impact social

 


III]. Évaluation de l'impact sanitaire

 

3.1. Apports nutritifs grâce au maraîchage

Comme nous avons pu le constater par notre expérience de vie sur place, les habitants de Mar Lodj manquent cruellement de fruits et légumes. Leur alimentation est principalement constituée de riz, mil, et poisson. La simple observation du marché en dit grand : dès 10h du matin, les vendeuses n’ont plus que quelques carottes et patates douces à proposer… Le fruit le plus consommé hors saison des pluies est sûrement le pain de singe (fruit du Baobab), ramassé en général par les enfants. C’est un fruit farineux et sec, mais riche en calcium, fer, protéines et lipides.

La culture de carottes, tomates, choux, aubergines, patates douces, etc... apportera une source de vitamines, minéraux, fibres et anti-oxydants indispensables, notamment pour l'alimentation des enfants qui souffrent rapidement des effets de la malnutrition, qui les rendent plus sensibles aux infections et maladies.

Enfin, l’apport de légumes dans l’alimentation a aussi un rôle gustatif en plus de celui nutritif, et permettra la diversification des plats cuisinés, ce qui sera plutôt bien venu dans les assiettes qui sont souvent remplies de la même chose : du riz ou du mil…

Le risque sanitaire majeur est la création d'une zone de prolifération des moustiques au niveau du bassin de rétention et il se peut que cela ne soit pas suffisant. Il faut donc prévoir des moustiquaires de rechange en cas de perçage mais aussi une solution alternative moins sensible aux paramètres extérieurs. La voie la plus recommandée est la destruction des larves par voir biologique en recréant un écosystème au niveau du bassin mais cela demande un grand entretien afin de maintenir l'équilibre de cet écosystème. Il faut donc bien envisager les avantages et inconvénients avant de mettre en place ce type de système. 

 

3.2. Qualité d'eau durable grâce aux citernes individuelles

La mise en place d'un système de récupération d'eau de pluie sur les toits permet d'apporter suffisamment d'eau potable pour la famille qui l'installe pour toute la saison sèche. Cette eau est de qualité constante d'année en année, il faut tout de même y ajouter de la javel pour le traitement bactérien, mais il n'y a pas de problème de salinisation au fil de la saison ou de la journée contrairement à l'eau puisée dans les puits, qui s'assèchent et se salinisent au fur et à mesure de l'avancée de la saison sèche. Ainsi, la mise en place des citernes d’eau de pluie assure une qualité d’eau constante.