Etude topographique

Il est important d’étudier le profil du terrain car il détermine le sens d’écoulement des effluents et aura donc une influence sur l’emplacement de la filière et sur sa composition. En effet, elle est préférentiellement placée dans le bas du terrain afin de faciliter l’écoulement naturel des effluents et dans le cas contraire (cas d’une sortie de filière plus haute que son entrée) il faudra ajouter une pompe de relèvement pour s’assurer du bon sens d’écoulement.

En ce qui concerne la parcelle étudiée, l’altitude varie entre 745 et 765 mètres (figure 2). Le long des crêtes, les pentes sont relativement faibles, comme nous le verrons par la suite (profil de pente). Sur les versants, leur intensité dépend de l’importance des cours d’eau (elles sont de faibles à forte). Selon les crêtes, des replats existent en amont des cours d’eau et constituent des tourbières. Le site destiné à l’implantation en comprend d’ailleurs une (Sagne de Redonde ; figure 5).

 

D’après la carte topographique, de type SCAN 25 (au 1/25000 ; figure 2), le terrain présente des pentes orientées est et sud-est. Cependant, elle n’apporte pas des informations assez précises pour ce type d’étude, mais seulement un aperçu (deux lignes de pente seulement pour la parcelle concernée). Il est donc nécessaire d'effectuer un relevé topographique sommaire (tracé violet, figure 2). Il doit indiquer le sens des pentes et pourcentages approximatifs de celles-ci jusqu’à la zone d’implantation du lieu choisi pour la station.

Les bureaux d’études se servent d’un clinomètre (appareil permettant la mesure immédiate de l’angle et de la pente) ou d’une visée électronique et d’une mire (permettant une mesure indirecte de la pente du terrain ; mesure de la différence d’altitude entre différents points).

Disposant de peu de moyens et d’aucun budget, nous avons opté pour une méthode simple et donc peu précise, mais conduisant à des résultats suffisants. Après avoir pris connaissance de la carte topographique du site et avoir observé les pentes in situ, nous avons opéré des relevés tous les 5 mètres, à l’aide d’une règle maçon de 2m et un niveau à bulle (figure 3). L’axe de relevé choisi apparait sur la figure 2 et comprendra l’ensemble canalisations reliées aux habitations et système de trainement des eaux usées. Le relevé de la position des mesures a été effectué à l’aide d’un GPS, ce qui nous a permis de positionner l’axe sur la carte (figure 2).

Les données ont été traitées grâce à la formule de calcul de pente (figure 3).

 

Ainsi nous obtenons le profil de pente ci-dessous (figure 4), annoté des pourcentages (et de la localisation des profils de sol).

 

Les levés topographiques nous amènent à conclure que l’installation d’une filière d’assainissement quelle qu’elle soit est tout à fait envisageable (pente variant entre 5 et 12 %, avec une moyenne de 9%). Compte tenu de cette topographique et de l’emplacement des maisons, nous envisageons d’implanter le maximum d’éléments de la filière de traitement au niveau des 30 derniers mètres de l’axe de levé topographique.

 

 


Retour au sommaire de l'étude de faisabilité