Etude géologique

Du Massif Central dépendent les montagnes primaires qui constituent la bordure orientale du Tarn; il s'agit de plateaux schisteux de faible altitude (Grésigne, Ségala, haute vallée du Dadou), ou de massifs de granit, de schiste et de gneiss au sud-est (monts de Lacaune, Sidobre, Montagne Noire). Les hauteurs ayant subi le contrecoup du soulèvement pyrénéen se dressent jusqu'à 1260 m. Les rivières s'y sont frayé un passage en creusant des gorges profondes.

Il est nécessaire d’étudier les différentes formations superficielles du site et ses principales caractéristiques grâce aux cartes géologiques (cartes au 1/50 000). Nous nous sommes appuyées de la carte des sols éditée par la Chambre d’Agriculture du Tarn et de la carte géologique de Castres au 1/80000 (figure 9) pour compléter l’étude de sol que nous avons réalisée sur la parcelle concernée. 
D’après cette première source, le site appartient à la bordure Sud-ouest du Massif Central (zone UC 39) et plus précisément aux Hautes collines et monts sur gneiss.
 
 
Quant à la carte de Castres, elle indique que le sol est constitué de gneiss granitoïde et granite gneisique. Soulignons qu'elle n’est pas recensée sur le site InfoTerre du BRGM (partie supérieure gauche de la figure 10), puisqu’il rassemble seulement les cartes géologiques françaises au 1/50000 et que la carte de Castres est en cours de révision (i.e. carte minute au 1/50000). 

 

Néanmoins, nous avons choisi d’extrapoler les données disponibles sur la carte géologique de Lacaune (carte géologique au 1/500000 ; partie supérieure droite sur la figure 10), plus récente et plus détaillée afin de préciser la géologie du site (figure 11).

 

La faille de Castres, qui est traversée par la ligne de partage des eaux entre Atlantique et Méditerranée, embrasse deux grandes unités géographiques. Celle qui nous concerne, à l’est et au sud, correspond à des régions de moyenne montagne et de plateaux d’âge antéhercyien, connues par les géologues sous le nom de Montagne Noire. 

Le site se trouve au niveau des massifs granitiques du versant septentrional (Sidobre) et plus particulièrement au niveau de l’axe métamorphique (Ramondens, Les Martys, Anglès, Le Soulié, La Salvetat). Cet axe est connu sous le nom de zone axiale, composée d’un ensemble de terrains cristallins, métamorphiques et éruptifs, dont la structure est particulièrement complexe. Les terrains métamorphiques se composent d'orthogneiss dérivant de granitoïdes, à valeur de socle, d'âge partiellement antécambrien où l’on devine la présence de synclinaux cambriens. Ces roches ont été métamorphisés lors du plissement hercynien, il ya 250 à 350 millions d’années.

 

Lithologie, métamorphisme et altération

D’après la carte géologique de Castres (figure 9), le site se compose de gneiss granitoïde (gneiss injectés par des filons de nature granitique). Ils sont représentés dans une grande partie de la zone axiale, sur les plateaux de l’Agout, en large auréole autour des massifs de granitiques d’Anglès et du Nord de la Salvetat.

Les gneiss sont des roches métamorphiques, intermédiaires entre les granites et les micaschistes avec un comportement qui les rapproche soit des uns soit des autres.

Ainsi, les gneiss du site, appelés gneiss du Larn, sont des gneiss quartzo-feldspathiques dérivant du métamorphisme des granites. Ils ont une structure orientée mais une composition chimique acide, calquée sur celle des roches granitiques aux dépends desquels ils se sont formés, lors de leur compression (relative à la formation de montagne) La température atteignait alors entre 500 et 750°C et la pression entre 2 et 9 kbar, température et pression caractéristique de la mésozone (faciès amphibolique). Les contraintes étaient telles que la schistosité du granite a disparu et les minéraux ont migré pour donner des couches alternées noires (biotite, de la famille des micas) et blanches (quartz et feldspath). Ceci explique que les gneiss du Larn soient rubanés très homogènes, de couleur claire, à débit en dalles, à grain moyen ou grossier. Le rubanement millimétrique à centimétrique est marqué par de fins lits ondulés de biotite. C'est la déformation synmétamorphique qui est responsable du faciès rubané, mettant en évidence l’écrasement des différentes couches de minéraux.

 

Le comportement à l’altération des gneiss du site se rapproche de celui des granites : ils s’altèrent généralement en arènes sableuses ou sablo-limoneuses. Plus précisément, lors des processus d’altération, les micas s’oxydent alors que les feldspaths évoluent en éléments farineux blancs, puis prennent la couleur rouille des micas oxydés. Les quartz quant à eux ne s’altèrent pas et restent à l’état de grains de sable translucides.

   

 


Retour au sommaire de l'étude de faisabilité