Maisons individuelles

     Nous allons nous baser sur les données concernant l’habitat, les données pluviométriques et leurs analyses, et les caractéristiques sociales. Plusieurs utilisations et aménagements sont possibles, il s’agit donc d’en déterminer les plus judicieux.

 

1er cas : usage extérieur unique

     Pour l’irrigation d’un jardin de 100m², les besoins en eau sont d’environ 37m3. La cuve doit être de 4 m3, ce qui entraîne un investissement de 3130€ tout compris dont 530€ de crédit d’impôt. On suppose un emprunt de 2000€ remboursable sur 2 ans avec un taux d’intérêt de 5%. 
On choisi un nombre d’heure de fonctionnement de la pompe de 100h. En effet, cela équivaut à deux heures d’arrosage hebdomadaire, ce qui, compte-tenu du contexte fortement pluvieux de la région, parait raisonnable. De plus, dans le cadre de l’éco-village, l’irrigation raisonnée sera favorisée (goutte à goutte avec bassin aérien par exemple ou paillage).
Par ailleurs, l’usage extérieur de l’eau de pluie ne nécessite pas de contrôle ni de taxe d’assainissement.

Notre étude montre qu’on réalise ainsi une économie annuelle comprise entre 100€ et 200€. Cependant, le retour sur investissement est d’environ 21 ans.  

 



 
Ceci est dû à une économie relativement faible concernant l’eau potable économisée : en effet, le volume consommé, destiné uniquement à l’irrigation, est peu important (37m3). 

Dans le cadre du Grenelle Environnement, un taux d'intérêt zéro, dans le cadre d'éco-prêt, a été initié pour favoriser les travaux permettant une réduction des consommations énegétiques et des émissions de gaz à effet de serre. En supposant une extension de ces volontés politiques à toutes les installations profitant à l'environnement et une subvention de 1000 euros de subvention : nous obtenons un retour sur investissement de 14 ans, résultat qui semble globalement satisfaisant au regard de l'économie d'eau obtenue. 

 

 

2ème cas : usage intérieur (sans lave-linge)

     Pour des usages internes comprenant les sanitaires, le lavage du sol, et un usage externe, les besoins en eau sont d’environ 82 m3.
Il faut prendre en compte les frais de contrôle et d’entretien (estimés à 100€ par an) et également la taxe d’assainissement.
L’investissement devient beaucoup plus conséquent : environ 5600€. L’utilisateur doit donc emprunter une somme plus importante. Nous supposerons dans cet exemple qu’il emprunte la somme de 4000€ à un taux d’intérêt de 5% sur 4 ans.  On constate alors que l’installation ne génère qu'une économie substantielle (comprise entre 60€ et 150€).
Dans ce cas, le retour sur investissement dépasse largement les 25 ans. L’enjeu économique de l’installation est donc largement remis en cause.


 

3ème cas : usage intérieur avec lave-linge.

     En rajoutant l'utilisation d'un lave-linge, il faut augmenter la durée du fonctionnement électrique d’environ 4 heures par semaine.
Nous avons d’ores et déjà précisé que l’utilisation de l’eau de pluie avec un lave-linge nécessite la mise en place d’un système de pré-traitement UV. Cela augmente donc les coûts d’investissement pour le matériel.
Les usages requièrent alors une capacité de 6m3. L’investissement initial doit être alors d’environ 6500€ toutes charges comprises. Le retour sur investissement est également supérieur à 25 ans (aux environs de 30 ans).