Contexte de travail pour le groupe "Gestion des eaux de l'éco-village du Tarn"

   
    Nous avons souhaité prendre comme exemple de « participation éco-citoyenne » dans le “consommer mieux” celui du projet d'éco-village du Tarn. Ce site est en effet propice à un développement rural écologique au regard du contexte local. Ce cas concret est donc tout à fait adapté au trinôme « Assainissement non collectif » et au binôme « Gestion des eaux de l’habitat » ayant tous les deux besoin de données «réelles » pour pouvoir dimensionner leurs installations.
    Par un souci de confidentialité sollicité par l’initiateur du projet, nous ne pouvons divulguer son emplacement, nous nous contenterons de dire que celui-ci est proche de Mazamet (figure 1).
 

 

Figure 1 : Localisation géographique du projet d'éco-village
(source : wikipédia)

 

Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques de la région

     Le domaine se trouve dans le Tarn, dans le territoire du Sidobre. Le Sidobre est un territoire granitique constituant l’axe Nord-est – Sud-ouest de la Montagne Noire (15 km de long sur 6 km de large). 
     L’absence de nappes souterraines profondes, caractéristique du socle granitique, limite la capacité des aquifères. Les ressources hydriques accessibles seront généralement superficielles (1 à 10 m de profondeur). La couche supérieure est essentiellement constituée de gneiss, qui sont des zones d’altération du granite. En raison de l’intensité de pluie, souvent importante, les nappes peuvent contenir des volumes d’eau importants mais se vident rapidement par les failles fracturant le massif granitique. C’est pourquoi le lieu d'implantation du forage et le volume journalier d'eau potable qu'il pourra délivrer constitueront éventuellement un frein au développement de ce village, les capacités risquant d’être limitées. 
     Le site se situe en crête de deux vallons, depuis laquelle les eaux s'écoulent vers deux exutoires. Ainsi, le site est rattaché à deux bassins versants : celui du barrage de l’Arn et celui de l’Agout. 

 

Contexte social et démographique

     La population du Tarn a été recensée par l’INSEE à 343 402 habitants en 1999 ce qui représente 13,5% de la population totale de la région Midi-Pyrénées.  La densité de population dans la commune est d'environ 30 habitants au kilomètre carré (pour une moyenne de 90 en France). Avec un taux d’urbanisation de 67%, la distribution démographique du Tarn est mal répartie, les infrastructures sont plus développées dans les grandes agglomérations telles que Castres et Albi. Le développement du milieu rural en pâtit. C'est pourquoi il nécessite des aménagements particuliers. L'objectif d'autonomie relative d'un éco-village peut-être une solution à ce problème.

 

Contexte environnemental

     L'installation de l'éco-village se fera dans un contexte environnemental remarquable et à préserver. En effet, l'éco-village se situera à moins de 5 km au nord-ouest d'une zone Natura 2000 (réseau européen de sites naturels ou semi-naturels ayant une grande valeur patrimoniale par la faune et flore exceptionnelles qu'ils contiennent) de la vallée de l'Arn et à 10 km au sud-ouest d'une seconde. On  note la présence d'une tourbière: zone humide protégée...
     Le site se situe en plein cœur d'une Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique qui présente entre autre un intérêt écologique et paysager au niveau de la gestion forestière et un intérêt faunistique (diversité des espèces d'oiseaux).

 

Caractéristiques des habitats et de leur localisation

    Le propriétaire du site vendrait des parcelles à des personnes désireuses de construire (selon une charte) leurs habitats et réhabilliterait une batisse agricole en gîte de façon à accueillir des habitants temporaires (vacanciers,...). Ainsi, nous avons travaillé sur la base de l'implantation, au niveau d'une même parcelle (figure 2), de 7 maisons individuelles et 3 chalets composés d'appartements (économie de matériaux, de chauffage, ...). Chaque lot de terrain comprendrait 300 m² de surface habitable et 700 m² réservé à un jardin.
La parcelle accueillant les maisons, autrefois destinée à l’agriculture, totalise une surface de 4,52 ha. Ce terrain est actuellement vierge de toute construction.
     Le propriétaire souhaite que les maisons soient implantées dans la partie Nord – Nord-ouest de la parcelle, de façon à ce qu’elles soient naturellement protégées des vents dominant. Cette protection serait assurée par la forêt. Il souhaite également que les propriétaires profitent d’une belle vue. C’est pourquoi elles doivent être implantées sur la ligne de crête et exposées plein sud (pour optimiser l'aspect bioclimatique des maisons, non étudié dans notre projet). Nous avons édité le plan d’urbanisme de façon à répondre aux attentes du propriétaire foncier : implantation nord- nord-ouest, protection des vents dominants par la forêt, préservation de la vue.

     Nous pouvons visualiser ci-dessous (figure 2) l'implantation des habitations. Les détails concernant celles-ci seront donnés par chacun des sous-groupes en fonction de leur besoin.  

Figure 2 : Plan de masse de l'éco-village

 

Retour au sommaire général