Zones Humides: Définitions et Classification

Les définitions des zones humides sont nombreuses, ce qui a pu créer une certaine confusion dans nos conversations avec les professionnels que nous avons contactés (Agence de l'eau, Cellule eau du département, Syndicat Intercommunal d'Aménagment de la Vézère...).
Une zone humide peut être définie comme une région où le développement des espèces végétales et animales est contrôlé par l'eau. Dans notre étude, nous avons distingué les zones humides riveraines (qui bordent les cours d'eaux, sont parfois inondées mais ne sont pas saturées en eaux de façon permanente comme les plaines et forêts alluviales) des zones humides saturées (qui sont désignées par le terme "Wetlands" en anglais) et qui regroupent des zones humides comme les marais, les tourbières, les étangs, etc...
Certains de nos contacts entendaient par zones humides uniquement les zones humides saturées ce qui portait souvent à confusion.

La loi sur l'eau de 1992 définit les zones humides comme des « terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l'année ». Cette définition légale rejoint la définition que nous avons donnée précédemment. Elle précise, de manière à dissiper le doute, que les zones humides peuvent être saturées ou inondées de façon temporaire. Cette définition rassemble donc les zones humides riveraines et les zones humides saturées.
La loi sur l'eau prend en compte les zones humides en assurant leur protection. A travers cette loi, le gouvernement se pose dans la continuité de la convention de Ramsar signée, en Iran, en 1971. La convention de Ramsar est un traité international qui place le cadre des actions sur le plan national en matière de gestion et de conservation des zones humides.

Lors de la convention de Ramsar, une classification des zones humides a été réalisée. Elle distingue les zones humides continentales des zones humides artificielles et côtières.

Pour montrer l'importance et l'utilité des zones humides, les scientifiques et les gestionnaires mettent en avant les fonctions qui les caractérisent et les services qu'elles rendent. Ces notions nécessitent d'être définies. On entend par:
- « Fonctions » : l'ensemble des caractéristiques des zones humides. Cette notion englobe les processus qui s'accomplissent dans ce milieu et les propriétés qui en découlent. Comme ces propriétés rendent des services aux sociétés humaines, la notion de fonction fait apparaître la notion de « valeur ». La reconnaissance des valeurs des zones humides passe par l'évaluation des fonctions : il s'agit de comprendre les phénomènes naturels à l'origine d'une fonction particulière et de mettre un prix sur le service rendu. Cette évaluation permet de sensibiliser les gestionnaires à l'intérêt et à la nécessité de conserver ces milieux. Il est cependant difficile de proposer une méthode unique pour évaluer les fonctions de l'ensemble des zones humides. En effet, ces écosystèmes varient fortement selon leur position dans le bassin, la période de l'année. De plus, on manque de connaissances scientifiques sur certaines des caractéristiques majeures des zones humides.
- « Rôle » ou « service » : Lorsqu'une fonction donne lieu a des propriétés reconnues comme des bienfaits ou des avantages pour la société, alors on parle de rôle ou de service au lieu de fonction.
Par exemple, la dénitrification est un processus naturel qui explique la propriété épurative des zones humides. Ces deux aspects sont pris en compte dans la « fonction d'épuration » ou le « rôle épurateur » des zones humides.

 

Source:

Fustec E., Lefeuvre J.C., et coll., « Fonctions et Valeurs des Zones Humides », Dunod, 2000.




(revenir en haut de la page)

 


 

Introduction Etat des lieux