Critiques du modèle et conclusion

La principale critique envers le modèle concerne la méthode qui a servi à estimer la bathymétrie. Pour réaliser la bathymétrie, nous avons utilisé un MNT d'une résolution de 75 mètres que nous avons interpolé pour obtenir une résolution de 5 mètres, pour ensuite enlever 3 mètres de profondeur sur toute la rivière.
L'hypothèse sur le fait que la rivière a une profondeur constante et un profil plat est une hypothèse forte. En réalité, la Corrèze a un profil qui peut beaucoup varier selon les endroits. En effet, en certains endroits en amont de Brive, la Corrèze a une profondeur très faible.
De plus, l'interpolation du MNT à 5 mètres a conduit a plusieurs erreurs. Ainsi, en certains endroits, l'altitude des points a été surestimée. De plus, la précision d'un MNT à 75 mètres sur l'altitude est très faible, car ce sont généralement des données obtenues par satellite. Cette surestimation de l'altitude devient très gênante, lorsqu'on étudie de faibles hauteurs d'eau et de faibles débits. En effet, dans ces conditions, la rivière ne parvient pas à suivre son cours à cause d'obstacles et de points surévalués. Pour modéliser l'écoulement de la rivière avec un faible débit et une faible hauteur d'eau, il faudrait éliminer ces obstacles.
Pour réaliser une modélisation plus précise, il faudrait des données nécessitant des moyens financiers plus importants.

Nous avons donc mis au point une méthode d'évaluation de l'impact des zones humides sur les inondations en utilisant la modélisation. Malheureusement, le secteur trop encaissé ne se portait pas à l'étude que nous avons réalisée et les zones humides au bord de la Corrèze sont loin de pouvoir jouer un rôle majeur dans la prévention des crues. Il aurait fallu choisir un secteur moins encaissé pour qu'on ait pu quantifier un bénéfice lié à la présence des zones humides.

Si le débordement sur les zones humides avaient été plus important, nous aurions étudié une loi de crue pour déterminer les zones qui auraient été inondées et évaluer les dommages sur la ville.

Nous avons eu néanmoins l'occasion d'apprendre à utiliser TELEMAC que nous n'avions jamais utilisé venant de l'ENSIACET et de l'ENSAT et consolider nos acquis en logiciel SIG grâce aux nombreux traitements informatiques qui ont été mis en oeuvre grâce à ces logiciels. Ce BEI a donc été l'occasion d'avoir une première expérience avec ce logiciel de modélisation.

 


 

Résultats Epuration des eaux