Conclusion

Nous avons donc vu qu'il était possible d'utiliser et de dimensionner des zones humides artificielles pour le post-traitement d'effluents de station d'épuration et qu'il était à priori possible d'installer une zone humide à proximité de la station d'Allassac. Cependant, l'étude qui a été menée était purement théorique, et nous n'avons pas analysé la faisabilité exacte du projet.
Il faudrait prendre notamment en compte des données économiques, en particulier concernant la construction des zones (pour laquelle nous n'avons pas trouvé de méthodes d'estimation du coût) et les coûts d'aplanissement du terrain. Mais, d'après les quelques chiffres trouvés, il est apparemment moins couteux (pour l'investissement et l'entretien) d'utiliser une zone humide artificielle que des procédés classiques.
Cependant, nous n'avons pas trouvé de cas d'utilisation industrielle de zones humides artificielles en France. Elles sont pour l'instant utilisées en recherche.
Il faut aussi s'interroger sur la nécessité de mettre en place une zone humide en sortie de station d'épuration à Allassac. Dans l'état actuel, la station d'Allassac n'a pas un besoin absolu de réaliser un post-traitement (car les quantités rejetées sont inférieures aux normes), cela peut être un plus pour limiter l'impact de la station sur l'environnement, ou une solution si jamais la station d'Allassac doit un jour revoir sa chaine de procédés.


 

Dimensionnement: STEP d'Allassac Conclusion générale du projet