Étude de l'efficacité de l'aplanissement de pente

Outre l'étude de l'arasement des digues, nous voulons étudier les effets sur la ligne d'eau dus à l'aplanissement de la pente à l'amont de notre secteur d'étude en rive droite.
 

Zone d'étude et géométrie de la modélisation

Dans ce scénario la pente en rive droite est aplanie entre le pont pasteur et le profil 20 en rive droite sur une quarantaine de mètres de largeur. La surface ainsi gagnée équivaut à plus ou moins 30 000 m2.

 

Zone d'aplanissement envisagée (Source Géoportail)

 

Ajouté aux reculs de digues précédents, la surface gagnée est de 135 000 m2.

Profil 22 avant aplanissement (HEC-RAS)
Profil 22 après aplanissement (HEC-RAS)

Modélisation

De la même manière que pour l'arasement des digues (recul des digues), cette modélisation ne prend en compte que le secteur 1 de l'étude. Les hauteurs d'eau seront notamment comparées avec la modélisation précédente afin de déterminer un éventuel gain sur la ligne d'eau apporté par cet aplanissement.

Comparaison des hauteurs d'eau :

La modélisation effectuée dans ce cas ne montre aucune modification de hauteur d'eau par rapport au cas de recul de digue simple. La surface gagnée est peut être insuffisante pour influencer une diminution de la ligne d'eau, d'autant plus que la diminution de hauteur d'eau observée dans le cas du recul de digue était elle même très faible alors que la surface devenue inondable est beaucoup plus grande que dans ce cas présent.

 

La comparaison du remplissage des profils montre que pour la crue trentennale, la zone aplanie n'est que très partiellement inondée, ce qui n'est pas le cas dans la simulation précédente. Les hauteurs d'eau étant identiques à la simulation précédente, les autres zones inondées du tronçon étudié ne subissent pas de modifications.

Profil du tronçon étudié pour la crue trentennale (HEC-RAS)

La zone aplanie est complètement inondée lors d'une crue centennale :

Profil du tronçon étudié pour la crue centennale (HEC - RAS)

Le volume inondé dans la zone aplanie pour la crue centennale est de plus ou moins 12 000 m3 et le volume inondé pour la crue trentennale n'est que de plus ou moins 1350 m3. Le débit de la crue trentennale étant de 468 m3/s, le volume aplani ne représente alors qu'à peine 3 secondes de capacité d'écrêtement de la crue. Ce faible volume gagné explique l'absence de différence de hauteur d'eau par rapport à la simulation de recul de digue.

Les vitesses moyennes d'écoulement en rive droite, rive gauche et dans le lit majeur sont comparables avec celles observées pour la modélisation précédente. Au niveau de l'étude de risques, il n'y a donc pas de modifications par rapport à l'étude de risques pour la simulation avec recul de digues.

 

(revenir en haut de la page)

 


 

Effet du recul de digues

 


 

 

Retour au sommaire du scénario 1