Making oil from rocks
BEI Energétique et procédé

Le Contexte Industriel
 
L'industrie pétrolière

 

 
Les Schistes Bitumineux

 

 
L'upgrading

 

 

Le kérogène contenu dans ces schistes peut être transformé en huile par pyrolyse (craquage thermique sans oxygène) à haute température.Cette valorisation se traduit par une augmentation du degré API (American Petroleum Institute) des schistes bitumineux. Celui-ci est défini de la manière suivante :


Les différentes huiles sont classées en fonction de leur degré API. Plus celui-ci est élevé et meilleure est la qualité de l'huile. Par exemple les schistes bitumineux ont un degré API inférieur à 10, alors que pour une compagnie pétrolière, les huiles les plus rentables ont un degré API compris entre 40 et 45. Il faut donc les transformer par craquage thermique (chauffage) afin d'obtenir des produits plus rentables. Cette transformation peut se faire de deux manières :
- Transformation ex-situ : le traitement des schistes est réalisé en surface après extraction (mining)
- Transformation in-situ : le processus de chauffage se déroule à l'intérieur même du réservoir. (Retorting)


Cependant, l'exploitation des schistes bitumineux présente un certain nombre d'inconvénients :

La technologie in situ en est seulement à son début, et n'est pour l'instant mise en oeuvre que sur certains projets pilotes des grandes compagnies pétrolières (dont Shell qui en est le précurseur). Elle nécessite donc de gros investissements en recherche et développement afin de la rendre efficace et utilisable à grande échelle.

D'un point de vue environnemental, l'exploitation des schistes bitumineux a un impact considérable principalement pour le procédé ex-situ. En effet l'autoclavage utilisé nécessite une grande quantité d'eau dont une partie ressort souillée. De plus, la transformation, le transport et les activités de minage liées à ce procédé sont très émetteurs de gaz à effet de serre. Ces principaux inconvénients ne se présentent pas pour le procédé in-situ, cependant les risques concernant les éventuels effets sur les nappes phréatiques sont pour le moment inconnus et pourraient poser de sérieux problèmes dans le futur même si Shell a déjà travaillé dans ce sens en développant une technologie "Freeze wall" pour la protection des nappes.

Enfin d'un point de vue géopolitique, la forte localisation des ressources aux Etats-Unis pourrait entrainer une refonte des relations internationales.