Perspectives


CLes résultats que nous avons trouvés sont plus qualitatifs que quantitatifs, étant donné que nous ne pouvions faire aucune validation par l'expérience sachant que le modèle de chipping nécessite des constantes empiriques caractérisant la rugosité et la dureté des particules de bois. Il est donc d'avis de rester très prudent sur le phénomène d'attrition que nous avons modélisé en gardant à l'esprit que les hypothèses faites ou bien même le modèle employé doivent être vérifiés par une série d'expérimentations.


De plus, il nous paraît probable qu'un nombre sans dimension reliant le diamètre des particules, le volume occupé par ces dernières et leur vitesses de fluidisation puisse caractériser la masse de solide perdue par attrition. Mais par manque de temps et de réflexion, nous n'avons pas pu trouver un tel nombre, il serait donc intéressant de développer cette approche.


Enfin, nos travaux reposent sur une simulation d'une population de particules monodisperse, il faudrait donc par la suite mettre en place une simulation polydisperse, option accessible sur NEPTUNE_CFD, en prenant en compte la diminution par attrition des diamètres des particules au fur et à mesure qu'elles s'entrechoquent. Malgré une recherche bibliographique approfondie, nous n'avons pu trouver de modèle satisfaisant concernant la rupture des particules en fragments à l'échelle de la particule mère, ce phénomène est d'autant plus intéressant qu'il devient prédominant quand l'attrition des particules diminuent suffisamment leur rugosité.




Auteurs : DECASTRO Jonathan et HERAULT Johann