Diminution de la facture d'eau

Un des objectifs de la récupération d'eau de pluie consiste en la diminution de la facture d'eau de ville. Dans un premier temps, nous avons calculé la facture d'eau de ville dans le cas où aucun système de récupération d'eau de pluie n'était mis en place. Pour cela, nous avons eu besoin de la consommation d'eau totale sur l'année en fonction du type d'habitat. Le bilan de cette consommation globale a déjà été effectué sur la page Bilan des consommations d'eau de toutes les activités domestiques. Puis nous nous sommes placées dans le cas où la récupération d'eau avait lieu, afin d'estimer la diminution de la facture d'eau de ville. Enfin, nous avons calculé le pourcentage de diminution de la facture d'eau de ville. Les résultats de ces calculs sont présentés ci-dessous.

Tableau comparant les factures d'eau de ville avec et sans récupération d'eau de pluie

et présentant la réduction de facture réalisée dans le second cas.

 

Graphique comparant les factures avec et sans récupération d'eau de pluie

On remarque que plus on récupère d'eau de pluie, plus la facture d'eau de ville est réduite. La récupération d'eau de pluie s'avère être particulièrement intéressante pour les quatre bâtiments de l'EPHAD et pour les maisons individuelles en accession libre. Ce résultat se retrouve encore au niveau des temps de retour sur investissement, où les cuves de l'EPHAD sont très vites amorties (temps de retour sur investissement de 14 ans) et où celles des maisons mitoyennes en accession sociale le sont relativement vite aussi. (temps de retour sur investissement de 16 ans) .La récupération de l'eau de pluie semble être une solution pertinente pour ces deux types d'habitat, puisque le temps de retour sur investissement est inférieur à la durée de vie des cuves en béton de l'EPHAD (plus de 25 ans) ou de la cuve en polyéthylène d'une maison mitoyenne en accession libre (25 ans environ).

En revanche, les cuves des maisons mitoyennes en accession sociales ne permettent de réduire que de 16% la facture d'eau et de surcroît, le temps de retour nécessaire pour amortir leur coût est très long (de 27 ans à 28 ans pour les cuves en polyéthèlène, et 30 ans pour le béton). On peut alors s'interroger sur la pertinence d'une installation de récupération d'eau de pluie pour les maisons mitoyennes en accession sociale de l'écoquartier de Champeix, puisque le temps de retour sur investissement est supérieur à la durée de vie des cuves en polyéthylène des maisons motoyennes en accession sociale.