Problématique et objectifs

 

La création d'îles artificielles n'est pas une idée nouvelle: de nombreux ouvrages de ce type ont été construits au cours de l'histoire, dans les zones urbaines ou dans les ports, pour fournir, soit un espace isolé en dehors de la ville (stockage de marchandises) ou tout simplement pour désengorger des agglomérations bondées. Citons l'exemple de Dejima, dans la baie de Nagasaki (Japon), au 17e siècle, ou, plus récemment, Ellis Island, dans la baie de New York (fin 19e). 

        

     Dejima                                                                       Ellis Island

Encore plus récent: île de Hulhumalé (Maldives), dont la construction devrait s'achever à l'horizon 2020. Capacité d'accueil: environ 100 000 habitants!

        

île de Hulhumalé 

  • Problématique

 Le cas de Palm Jumeirah nous a semblé intéressant pour plusieurs raisons:

 l'envergure du projet, tout d'abord, peu courante, ainsi que son caractère récent, donc bénéficiant des dernières innovations technologiques dans le domaine de la construction maritime.

Le fait, ensuite, que ce type d'ouvrage soit appellé à se développer partout dans le monde, consécutivement à l'accroissement de la population mondiale et à la montée des eaux occasionnée par le réchauffement climatique.

Premiers concernés, des pays tels que les Pays-Bas ou les Maldives (voir photo ), qui ont fait de la lutte contre la montée des eaux leur cheval de bataille: la construction d'îles artificielles surrélevées par rapport au niveau de la mer constituant une solution intéressante, bien que coûteuse au problème.

La généralisation de ce type d'ouvrages ne doit pas nous faire oublier qu'il s'agit de créations artificielles en milieu naturel, dont la conception doit tenir compte d' éventuels impacts environnementaux, impacts que nous étudierons, au cours de ce projet.

 

  •  Objectifs

Sur le plan structurel, nous allons nous intéresser à la technique de construction d'un tel ouvrage, c'est à dire en premier lieu au remblai, véritable "ossature" de l'île.

La technique de vibrocompaction , que nous détaillerons ultérieurement, a déjà fait ses preuves par le passé, mais n'a jamais été éprouvée sur un projet d'une telle envergure, un projet soumis à des charges colossales (plus de 1500 villas, une trentaines d'hotels et espaces de loisirs,...).

Nous utiliserons une approche de type mécanique des sols, en étudiant tout d'abord les éventuels problèmes de tassements futurs de la structure,et les liant ensuite à l'érosion générée par la houle et autres courants marins, présents entre les "palmes".

Un  de nos objectifs majeurs consistera également à étudier  la gestion de l'eau: le nombre de résidents prévus sur l'île va naturellement conduire à de gros besoins en ce domaine (usage domestique, irrigation,...), fournie essentiellement par des usines de dessallement. Nous étudierons l'impact de ce type de technologie sur l'environnement (qualité des eaux, répercutions sur la vie aquatique), ainsi que le mode de gestion des eaux usées.