Intérêts


1. Intérêts:

Les méthodes d’amélioration des sols sont l’un des outils dont dispose l’ingénieur pour résoudre les problèmes de stabilité ou de déformations qu’il rencontre lors de l’élaboration d’un projet : prévenir les risques sismiques, consolider des terrains à la structure hétérogène, inconstructibles en l’état (l'utilisation intensive de remblais sableux pour gagner des terrains sur la mer en est sans doute l'exemple le plus représentatif). Certaines de ces méthodes sont très anciennes, comme le battage de pieux de bois dans les sols de faible portance, d’autres sont plus récentes, comme les méthodes d’injection, de pilonnage ou de vibrocompaction. Elles ont connu, depuis une vingtaine d’années, un développement considérable et sont maintenant utilisées comme un élément à part entière des projets.

Les techniques de densification des sols grenus (cas des remblais sableux) les plus couramment utilisées sont le compactage dynamique, les colonnes ballastées  et la vibrocompaction. Nous nous intéresserons exclusivement à cette dernière technique, utilisée pour former le remblai de Palm Jumeirah.

2. Principaux risques:

On peut raisonnablement soulever les risques suivants sur un projet comme celui de Palm jumeirah:

  • tassement du corps du remblai (mauvais compactage)

  • érosion progressive des talus du remblai

  • destruction par submersion (séisme, raz de marée)

  • mouvements du sol support

  • hétérogénéités créeant des mouvements différentiels

  • rupture d'ensemble des talus du remblai

  • fluage du remblai

  • incertitudes liées aux reconnaissances et aux modèles

  • liquéfaction du sol (séismes)

3. La liquéfaction:

Le passage d'une onde sismique provoque, dans certaines formations géologiques, la perte de résistance d'un matériau sableux saturé en eau, liée à une augmentation de la pression interstitielle engendrée par les déformations cycliques. La déconsolidation brutale du matériau se traduit par la déstructuration du sol, rendant particulièrement instables les constructions reposant sur ces formations.
Le phénomène de liquéfaction concerne certaines formations géologiques, définies par leur nature : sables, limons, vases, leur cohésion : formations peu compactes, leur degré de saturation en eau : la formation doit être saturée en eau, et la  granulométrie uniforme, comprise entre 0,05 et 1,5 mm.