Conclusion

 

Après avoir édité un cahier des charges intitulé "Etude environnementale", nous avons finalement décidé de rebaptiser notre travail "Inventaire des émissions de gaz à effet de serre". En effet, après les premières semaines de recherche et de collecte de données, l'avancement du projet fut assez important pour que nous envisagions d'élargir notre périmètre d'étude à l'intégralité de l'activité minière : de la fabrication des matériaux entrants au recyclage des déchets, en passant par tous les postes d'émissions envisagés par la méthode de l'ADEME. Cette démarche nous semblait plus intéressante et enrichissante - autant personnellement que dans l'optique du projet de groupe - que de tronquer l'inventaire pour de simples recherches bibliographiques sur le sujet du suivi environnemental et de la revégétalisation.

Malgré les lacunes restantes (données manquantes, hypothèses parfois grossières dues à un manque d'information...), nous avons pu mener à bien notre projet, et répondre correctement à l'objectif qui était de proposer une vision de l'impact de la mine de Koniambo sur le réchauffement climatique. Ce travail s'est placé dans le cadre d'une étude réalisable avec les données accessibles au grand public, et ne peut en cela être pris comme détracteur ou défenseur de l'activité industrielle. Notre travail se veut informatif, et peut être pris comme tel dans le sens où les ordres de grandeurs que nous proposons (dans l'étude ainsi que dans les solutions proposées) sont tout à fait acceptables et convenables.