Synthèse

 Le bilan final de notre étude avant toutes propositions d'amélioration est résumé dans le graphique ci dessous. Nous voyons clairement que 4 postes d'émissions se détachent des autres :

- L'usine pyrométallurgique représente à elle seule 34% des émissions

- l'utilisation du produit comptabilise 26,5% des émissions

- 32% sont dues à la centrale électrique

- On octroie 6,6% des émissions à la fabrication des matériaux entrants

- Les autres postes d'émissions se partagent le dernier pourcent qui représente tout de même 23 000 tonnes d'équivalent carbone

Il faut souligner que notre inventaire nous donne le chiffre de 1 321 700 tonnes d'équivalent carbone émis par an, ce qui est conforme avec les 2,59 millions de tonnes de carbone émises données par l'étude d'impact (nous nous expliquons la différence entre les deux chiffres par le fait que notre étude se base sur des données accessibles au grand public).

Une fois nos propositions d'améliorations évaluées et intégrées à l'activité de Koniambo, nous pouvons observer une réduction effective des émissions de plus de 10%, ce qui représente une réduction de 172 000 tonnes d'équivalent carbone par an.

Pour rappel, les solutions que nous proposons sont : la construction d'une autoroute pour permettre aux salariés de rallier le site, la revente exclusive du nickel extrait à des entreprises n'utilisant que des métaux recyclés pour la fabrication des alliages. 

Une dernière solution a été envisagée, mais jugée trop couteuse pour etre intégrée. Cette solution consistait en la construction d'un parc éolien de 160 éoliennes, pour fournir un peu moins d'un tiers de l'électricité produite par la centrale, ce qui réduirait les émissions totales d'encore 10%. Cette modification nous paraissant aberrante, nous n'en tenons pas compte. Nous présentons ci dessous, le résultat de notre inventaire de gaz à effets de serre, une fois les solutions valables entrées en vigueur :