Modélisation et dimensionnement d'un réseau de collecte des eaux pluviales

Introduction


L’extraction du nickel en Nouvelle Calédonie est très importante d’un point de vue économique, mais sans mesures de protection elle peut être désastreuse pour l’environnement. Les travaux miniers fragilisent les sols et les rendent beaucoup plus sensibles à l’érosion. Les pluies souvent importantes lessivent ces sols et transportent une forte charge de matières en suspension (MES) nocive pour les milieux.

Le travail de notre trinôme sur la modélisation et le dimensionnement d'un réseau de collecte des eaux pluviales s’inscrit dans le contexte de l’étude "Optimisation de l'intégration environnementale de la mine de nickel de Koniambo (Nouvelle Calédonie)". En effet, notre étude a pour objectif de récupérer les eaux de pluie au niveau de la mine, à l’amont du bassin versant, afin de limiter le plus possible l’érosion du massif minier et la pollution de ses eaux. De plus, un contrôle de la vitesse de cette eau nous permet d’envisager un traitement en sortie des canalisations. Ce traitement, avant rejet dans le lagon, a été étudié par le binôme n°4.

La pollution que l’on retrouve dans les eaux de ruissellement provient de l’activité d’extraction. La pluie n’est qu’un vecteur de la pollution mais c’est le seul niveau auquel nous pouvons agir. Notre étude vise donc à canaliser ce ruissellement et récupérer les eaux de pluies qui seront ensuite traitées afin de limiter l’impact sur l’environnement.

 

<?xml:namespace prefix = o />