Analyse des coûts et matériaux utilisés

Pour que le projet soit le plus rentable possible il est intéressant d'envisager plusieurs solutions différentes en ce qui concerne les matériaux utilisés. En effet, de nos jours, le béton n'est pas obligatoire pour les projets de génie civil. Il existe d'autres solutions plus économique et ayant moins d'impact sur l'environnement. Les géomembranes font partie des solutions envisageables.

Les géomembranes font partie de la famille des géosynthétiques. Basiquement, il s'agit de billes de polymères fondues pour former de grands rouleaux de géosynthétique. Les plus utilisées sont à base de Polyéthylène Haute Densité ou PVC. Elles ont la propriété d'être très fines et très résistantes aux sollicitations mécaniques (résistance à la traction, poinçonnement, aux racines...) et chimiques. Leur étanchéité et imperméabilité en font un produit très demandé pour les applications en hydraulique comme dans le cas de bassins de rétention. Il est possible de les poser directement au contact du sol ou à la surface de bassin en béton. La géomembrane sera choisie en fonction de la vocation de l'ouvrage, de la nature du contact et de la nature du support. De plus, les géosynthétiques sont plus faciles à retirer en fin de vie de l'installations que d'autres matériaux comme le béton plus agressifs pour l'environnement.



Figure n°1 : Exemple de bassins de retenue en géomembrane

Ainsi, pour savoir quel matériau nous allons privilégier pour notre réseau de collecte, nous allons faire une analyse simplifiée des coûts que chaque méthode va engendrer.

Dans un premier temps, nous pouvons calculer le coût des travaux communs à tous les projet. D'après le livre 'Guide technique des bassins de retenue d'eaux pluviales', il est possible d'estimer le pourcentage du prix total que représente chaque étape des travaux.

Regardons le coût du matériel: 

Tableau n°1 : Coûts des travaux communs à tous les projets (source: Agence de l'eau)

 

Il reste ensuite à estimer le coût des matériaux utilisés pour les conduites et les bassins. Ces coûts vont différés en fonction des installations mises en place.
En nous basant sur sept études du livre précédent, faites sur des bassins à ciel ouvert similaires à ceux de notre projet, nous avons estimé le prix moyen des investissements pour les travaux à 32.12 €/m3.

Dans le cas de notre projet, nous ne mettons pas en place de digues, donc ce coût ne sera pas prix en compte dans l'étude.

 Tableau n°

2 : Coûts du matériel utilisé

 

 

Ainsi, nous avons calculé le coût total des 3 solutions envisagées:

Tableau n°3: Coûts des installations en fonction du modèle utilisé

On voit dans les trois cas que la solution de la géomembrane est moins coûteuse. Le prix varie en fonction du nombre de bassins de rétention que l'on décide de mettre en place. La solution qui consiste à mettre plus de bassins de rétention, mais de plus petite taille est la meilleure du point de vue économique.