Périmètre 2

Le second périmètre inclut :

Le périmètre 1

La production d'énergie

Les exportations

Le déplacement interne des salariés, des visiteurs et du fret

 

Centrale électrique

La centrale thermique électrique produit 1607 GWh/an.

  • Consommations de combustibles fossiles :

Concernant la consommation de matières premières, la centrale électrique utilise 17 879 600 litres de gazole et 614 000 tonnes de charbon par an. Les facteurs d’émissions de GES liés à la combustion de ces deux combustibles fossiles se trouvent respectivement aux pages 18 et 24 du Guide des Facteurs d’Emissions de l’ADEME. En multipliant alors ces deux postes d’émissions par leur facteur respectif, on obtient des émissions globales de 1,30.107 kg équivalent carbone pour le gazole et 4,14.108 kg équivalent carbone pour le charbon.

Résumé Consommation de combustibles fossiles :

 


  • Émissions :

Ne disposant d’aucune donnée concernant les rejets atmosphériques émis par la centrale du site de Koniambo, nous avons cherché des informations sur les centrales thermiques en général. Ainsi, grâce au « Cahier technique n° 2 » rédigé par l’ADEME, présentant un bilan des émissions de gaz à effet de serre liées à l’énergie (Cahier technique), nous avons pu estimer les émissions de méthane CH4 et de protoxyde d’azote N2O liées à la centrale de la mine.

Les facteurs d'émissions trouvés dans ce cahier technique sont les suivants :



Sachant qu'un kilotonne équivalent pétrole (1ktep) équivaut à 11 628 MWh, soit 11 628.10-3 GWh et que la centrale fournit 1 607 GWh/an, on peut alors convertir ces valeurs en t CH4/an. Ensuite, afin d'obtenir des équivalents carbone, on utilise le pouvoir de réchauffement global de ces deux gaz : 23 pour le méthane et 296 pour le protoxyde d'azote. Ces PRG sont multipliés par 12/44.103 pour ainsi avoir l'équivalent carbone par tonne de gaz.

En multipliant enfin ces deux postes d'émissions par leur facteur respectif calculé, on obtient des émissions globales de 3,64.104 kg équivalent carbone pour le méthane et 6,56.105 kg équivalent carbone pour le protoxyde d'azote.


Résumé Émissions de GES :



Récapitulatif des émissions de la centrale thermique :


 

Exportations

Lorsqu'elle fonctionnera à pleine capacité, la mine produira 60000 tonnes de Nickel contenues dans 176000 tonnes de ferro-nickel. Ces minerais seront exportés par bateau depuis la Nouvelle Calédonie vers de nombreuses destinations. Un port sera créé à cet effet sur le site de Koniambo. Celui-ci sera prévu pour accueillir 67 navires par an, pouvant atteindre jusqu'à 50000 TPL (Tonnes de Port en Lourd).

La méthode de l'Ademe concernant les émissions induites par des transports maritimes de fret par porte-conteneurs préconise de connaître uniquement la capacité des navires en « équivalent vingt pieds » (c'est à dire le nombre de conteneurs qu'ils sont à même de transporter) et la distance qu'ils parcourent. Dans la littérature exploitable, aucune de ces données n'est disponible. Certaines hypothèses et déduction nous ont permis de les estimer.

 

Capacité d'emport des porte-conteneurs

D'après les informations récupérées sur internet, la majorité des porte-conteneurs ont une capacité de 1000 à 2500 équivalents vingt pieds. D'autre part, la carte du quai proposée dans l'étude d'impact de l'exploitation nous permet d'envisager le nombre de conteneurs que peut supporter un navire. En général un navire supporte une dizaine d'étages de conteneurs, et on suppose qu'environ 120 conteneurs peuvent être installés par étage sur les navires considérés. Ainsi, on admettra que les bateaux transportant le minerai ont une capacité de 1500 équivalents vingt pieds. Le tableau suivant, toujours disponible dans le guide des facteurs d'émissions de l'Ademe, permet de nous fournir les données nécessaires aucalculs.

 


Capacité en « équivalent vingt pieds »

Vitesse commerciale (nœuds)

Émissions par jour de mer (tonnes d'équivalent carbone)

500

16

21.5

1000

17.5

31.5

1500

20

52

2500

20.5

72

3500

22.5

112

5000

22.5

153

Remarque : les émissions de gaz à effet de serre par jour de mer évoluent en fait linéairement par rapport à la capacité d'emport du porte conteneur.

 

Distance moyenne parcourue par un bateau

On ne comptabilisera que les voyages « allers » des bateaux, c'est-à-dire uniquement la livraison du métal aux clients. En effet, on peut supposer que ce sont les mêmes navires qui sont utilisés pour importer les matériaux entrants nécessaires au fonctionnement de la mine. Ces voyages seront alors comptabilisés lors du calculs des émissions induites par le transport des matériaux entrants. Ce lien présente les principaux clients de la Nouvelle-Calédonie pour le ferro-nickel (http://www.senat.fr/rap/r05-007/r05-0074.html). De plus, ce site nous a permis d'estimer les distances entre le port et les différentes destinations (http://www.horlogeparlante.com/distance.php). Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

 


 

Valeur des exportations (en millions d'euros)

Pourcentage des exportations totales (en km)

Distance approximative au port de Koniambo

Australie

46

6

1500

Japon

54.6

8

5000

Ukraine

31.8

5

12000

France métropolitaine

109.4

14

13000

Zone Asie-Pacifique

467

67

4000

La distance moyenne parcourue par un porte-conteneur est ainsi 5590 km.

 

Quantité de gaz à effet de serre émise par les exportations

Connaissant l'émission d'un bateau de capacité 1500 équivalent vingt pieds par jour de mer (52 tonnes d'équivalent carbone), sa vitesse (20 nœuds, c'est à dire 37.04 km/h), ainsi que la distance moyenne qu'il parcourt, nous sommes à même de déterminer les émissions annuelles de la totalité des exportations. En considérant que 67 bateaux naviguent par an, la quantité totale de gaz à effet de serre émise est 27400 kg d'équivalent carbone. Cette valeur a subit une majoration, comme préconisé par la méthode de l'Ademe au sujet des émissions maritimes des DOM-TOM, tenant compte des conteneurs vides souvent observés lors du retour des porte-conteneurs.

 

Transports sur site

Pour obtenir la comptabilistation des gaz à effets de serre émis par les différents véhicules opérant sur site, il a fallu dans un premier temps lister et caractériser les types de véhicules ainsi que leurs différents trajets journaliers.

Le volume du trafic prévu a été mentionné plus tôt ici.

Les aller-retours se font sur la RAM de 11,8 km. La comptabilisation des émissions que nous avons choisi de présenter offre une double vision. Une première présentant les émissions dues uniquement à la consommation de gazole, la seconde présentant les émissions dues à la consommation de gazole auxquelles s'ajoutent les émissions dues à la construction du véhicule.

Voici sur le tableau ci-joint, une estimation des consommations de gazole aux 100 km pour les différents types de véhicules, d'après le Guide des facteurs d'émissions Dom-Corse-Nouvelle Calédonie.

 Le Guide des facteurs d'émissions de l'Ademe nous donne le chiffre de 0,26 kg d'équivalent carbone émis par litre consommé (p.18). Cependant, notre étude se plaçant en Nouvelle-Calédonie, il a fallu consulter le Guide des facteurs d'émissions Dom-Corse-Nouvelle Calédonie à la page 14 pour obtenir le facteur d'émission à utiliser. En effet, celui-ci prend en compte, en plus des émissions unitaires de la méthode initiale, les émissions dues à l'import de matière première. Cela nous donne donc un facteur de 0,30 kg d'équivalent carbone par litre consommé.

Nous avons alors toutes les données nécessaires pour calculer les émissions dues au transport sur site, en ne prenant en compte que la consommation de gazole(1).

Comme dit précédemment, une deuxième démarche consiste à prendre en compte en plus de la consommation, les émissions dues à la fabrication et importation des véhicules sur l'île. Pour cela, nous nous référons au Guide des facteurs d'émissions Dom-Corse-Nouvelle Calédonie, aux pages 57, 58 et 59, qui donne en fonction du type de parcours (que nous qualifierons d'"urbain" sur le site) et des chevaux fiscaux des véhicules, les facteurs d'émissions correspondant. Nous pouvons alors calculer les émissions correspondantes(2).