Détermination du site d'implantation de la ferme de Pelamis

III. Identification des zones préférentielles



 

         Afin d'identifier les zones préferentielles d'implantation d'une ferme de Pelamis, nous allons devoir mettre en relation tous les paramètres décrits précedemment. En premier lieu, nous devons donc classer chacun de ces paramètres selon un critère d'acceptabilité. Les résultats seront ensuite croisés et nous obtiendrons une carte présentant la situation des sites en fonction de leur de leur degré d'aceptabilité.

 

III.1. Paramètres physiques du milieu marin

II.1.1 Profondeur d'eau 

          Afin de déterminer l’influence de la bathymétrie sur la situation du domaine d’implantation, il est nécessaire de reclasser les profondeurs. Etant donné que pour installer une ferme de Pelamis, la profondeur doit être de plusieurs dizaines de mètres, nous avons choisi d’attribuer une note sur 100 à chaque intervalle de profondeur. Toute profondeur supérieure à 50m se verra attribuer la note de 100, les profondeurs entre 50 et 30m, une notre entre 20 et 80. Enfin, les profondeurs inférieures à 30m se verront attribuer une note de 0. Les résultats sont visibles sur les figures suivantes :

 

          

          En ce qui concerne les hauteurs d'eaux atteintes lors de conditions météorologiques exceptionnelles, nous avons identifié les zones acceptables et les zones non acceptables. Nous nous sommes basées sur la matrice de fonctionnement du constructeur du Pelamis. Le fonctionnement du Pelamis étant décrit pour des hauteurs de houle comprises entre deux et huit mètres, nous avons considéré que les hauteurs en dehors de cette plage de fonctionnement n'étaient pas appropriées pour l'implantation d'une ferme de Pelamis. Ainsi, les zones où les hauteurs de houle centennales moyennes sont supérieures à 8m ou inférieures à 2m ont une note de 0/100 alors que les autres ont la note maximale de 100/100. Ce critère n'étant pas rédibitoire (nous ne savons pas si des hauteurs de houle supérieures à 8m sont dangereuses pour la pérénité des installations), nous n'avons pas totalement exclu les zones où la hauteur de houle est trop élevée, elles sont juste pondérées par une note faible.

          Nous pouvons cependant remarquer que les hauteurs de houle trop faibles se trouvent dans la rade de Brest, où, comme nous l'avons déjà expliqué, de par l'interpolation, les résultats sont fauxNous trouvons également des zones critiques dans la baie de Douarnenez, au niveau des îles et des côtes, soit dans des régions où la bathymétrie ne permet pas l'implantation de Pelamis. Ce critère ne sera donc pas déterminant dans l'identification des sites idéaux.

 


  III.1.2 Fonds marins

      

Les pentes ont également été reclassées. Nous leur avons attribué une note sur cent, une note élevée correspondant aux pentes faibles equi sont avantageuses pour les fondations du Pelamis) et une note faible pour les pentes fortes.



III.2. Ressource énergétique et potentiel :

          Nous avons choisi, pour classifier le potentiel énergétique, de tester deux approches différentes. La première consiste à diviser la ressource en intervalles égaux et à leur attribuer une note qui décroit avec le poten avec le potentiel. La seconde consiste à attribuer une note de 100 aux potentiels supérieurs à 100 et à répartir en intervalles égaux pour les potentiels inférieurs. Les fonctions d'appartenance et les cartes résultantes sont présentées dans le tableau suivant :

 

Première approche Deuxième approche

 

 III.3. Possibilité de raccordement au réseau électrique :

La distance aux côtes devant être minimale, nous avons reclassé les distances en affectant un poids plus important aux zones proches de la côte qu’aux zones éloignées.Nous obtenons ainsi la carte suivante :


          

         

La question du raccordement au réseau électrique d'un site de production d'énergie est un point fondamental pour le dimensionnement du projet. La principale variable est donc la distance au point de raccordement choisi. Celui-ci est choisi en fonction de la capacité disponible. Les projets houlomoteurs peuvent être raccordés au réseau de distribution, ou au réseau de transport si les parcs dépassent 12MW (à partir de 63kV).

          Nous disposons des points de raccordement au réseau électrique, disponibles auprès de RTE (Réseau de transport électrique). Dans le choix de la sitution idéale, il s'agira de tenir compte de la distance au point de raccordement le plus proche afin de minimiser les coûts relatifs à l'installation des cables électriques.

(Source : Région Bretagne)

 III.4. Combinaison des critères : recherche des zones ayant les notes maximales

          Pour combiner les différents paramètres, nous avons utilisé la calculatrice raster qui permet d'effectuer des calculs entre les différentes couches raster. Cela est rendu possible par le fait que nous ayons choisi des tailles de mailles égales pour chaque couche raster. Afin d'évaluer le poids des différents paramètres, nous avons choisi de tester deux approches :

  • Chaque paramètre a un poids égal, nous effectuons donc la moyenne des notes de chacun des paramètres.
  • Chaque paramètre a un poids égal excepté le potentiel énergétique qui est considéré être plus important pour la détermination de l'emplacement optimal : nous effectuons la moyenne des notes des paramètres en affectant un coefficient deux au potentiel houlomoteur et un coefficient un à tous les autres.

La carte raster résultante du calcul nous donne les zones les plus adéquates à la construction d'une ferme de Pelamis. Les sites ayant une note supérieure à 80% sont choisis compatibles pour l'implantation d'une ferme de Pelamis. Les zones avec une note inférieure sont écartés.

Le tableau suivant présente les différents résultats obtenus en fonction de l'approche choisie pour le classement du potentiel énergétique et pour la calcul final. 

Classement du potentiel énergétique utilisé Importance égale de chaque paramètre Potentiel énergétique plus important que les autres paramètres
Approche n°1
Approche n°2

           Nous pouvons constater que globalement, les sites intéressants se situent sur la face Ouest de la Bretagne, ainsi que le long de la côte nord, à l'exception du pourtour des îles. Nous pouvons également remarquer que lorsque le potentiel compte double par rapport aux autres paramètres, nous obtenons moins de sites adéquats.  D'autre part, lorsque nous classons le potentiel énergétique selon la deuxième approche (plus de zones ayant une note de 100%), nous obtenons effectivement d'avantage de sites potentiels.  

 

 III.5. Détermination des sites d'implantation du projet NAERWATT

III.5.1 Choix de l'emplacement de la ferme de Pelamis

          Afin de prendre une décision quant à l'emplacement idéal pour notre projet houlomoteur, nous avons considéré les sites déterminés par combinaison des différents paramètres avec une importance égale et en utilisant l'approche n°1 pour la classification du potentiel énergétique. Nous devons donc choisir un site pour lequel les contraintes et les conflits d'usages seront minimaux. Nous avons superposé sur la carte suivante les sites potentiels et les zones remarquables. 

          Nous pouvons constater qu'une grande partie de notre domaine d'étude fait l'objet d'une certaine protection. Nous avons déjà fait remarquer qu'aucune de ces aires marines protégées n'interdit l'implantation d'énergies marines, cependant, les activités y sont restreintes. D'autre part, la mer d'Iroise est le siège d'un certain nombre d'activités militaires, zones dans lesquelles il est impossible de s'implanter; et d'un important trafic maritime. Afin de réduire au maximum ces conflits d'usage, nous avons choisi plusieurs sites potentiels sur la partie Nord-Ouest de la pointe Bretonne. Ces sites présentent les avantages d'être à des profondeurs suffisantes, avec une ressource énergétique suffisante et relativement proches des côtes, ce qui pourrait permettre l'alimentation électrique de la pointe Bretonne et de la ville de Brest, . Les quatre sites identifiés sont présentés sur la carte précédente, ce sont les points rouges.

 

 III.5.2 Raccordement au réseau électrique

          Une fois les sites d'implantation potentiels déterminés, nous avons cherché à calculer le tracé du câble sous-marin pour chacun des sites identifiés. Le tracé dépend de la distance au poste source le plus proche, mais aussi des coûts relatifs aux pentes rencontrées. 

          Au niveau de la pointe Bretonne, nous disposons que quatre postes source potentiels dont les caractéristiques sont les suivantes:

Poste source Potentiel de raccordement du réseau public de transport Capacité théorique d'accueil en production de la transformation HTB/HTA au poste électrique
Saint Renan 90 MW 20 MW
Les Abers 45 MW 10 MW
Lannilis 25 + 55 MW 40 MW
Kerlouan 55 MW 20 MW

          Les coordonnées des postes source ont été déterminées approximativement d'après des données de l'IGN (Institut géographique national) afin qu'ils puissent être intégrés dans le système d'information géographique.

          Tout d'abord, nous avons reclassé les pentes en dix classes, en attribuant une valeur forte (10) aux pentes les plus fortes  car l'installation du câble y sera la plus contraignante; et une valeur faible (1) aux pentes les plus faibles. Nous obtenons alors une carte des "coûts" de construction. D'autre part, nous devons évaluer les coûts relatifs à la distance : nous avons produit une carte dont chaque cellule a pour valeur la distance à la ferme de Pelamis, pondérée par les coûts définis auparavant. Nous pouvons voir le résultat pour le premier site d'implantation de Pelamis sur la carte suivante. Nous constatons que c'est le poste source des Abers qui sera le plus proche point de raccordement. Des calculs similaires ont été effectués pour les autres sites choisis.

          La direction pour chaque cellule du plus court chemin pour aller au site d'implantation du Pelamis a aussi été calculée. Le raster de direction est crée en regardant pour chaque cellule, dans quelle direction il faut aller pour que le coût soit minimum. Il s'agit ensuite de calculer le plus court chemin entre la ferme de Pelamis et le poste source le plus proche. 

Ainsi, nous avons obtenu les tracés suivants pour les différentes fermes de Pelamis envisagées. Il est à noter que pour celle qui se situe le plus au nord, deux points de raccordement sont accessibles. Le choix se fera donc en fonction du coût total de l'installation du câble de raccordement.

           Nous pouvons remarquer que le tracé évite autant que possible de passer par des zones où les pentes sont fortes.

          Idéalement, le tracé doit également dépendre des coûts relatifs à la nature des fonds marins étant donné que selon le type de sédiment rencontré, l'ensouillage se fera plus ou moins facilement. Les résultats que nous obtenons pour le câble sous-marin sont donc une première idée du tracé final. D'autre part, il faudrait également tenir compte du tracé du câble sur terre. En effet, le tracé actuel est erroné puisqu'il se base sur les données raster sous-marines qui ont été interpolées dans une région où il n'y avait pas de données. L'occupation du sol est donc déterminante pour le tracé du câble de raccordement au réseau électrique en dehors de la mer.

 



 




Analyse statistique Haut de page Modélisation de la houle
SIG, outils d'aide à la décision
Paramètres à prendre en compte
Annexe : Catalogue des données