Conclusion

La question de l'hydrodynamique et de la dispersion axiale dans la colonne Couette du CEA a été notre programme de bureau d'études industrielles durant les 6 dernières semaines. Les objectifs ne paraissaient pas a première vu très ambitieux, néanmoins à cause de problèmes au tout début des simulations nous avons obtenus peut de résultats exploitables. Dû fait de ce manque de résultats corrects, nous avons été obligé de bien comprendre la physique de l'écoulement ainsi que son comportement en fonction du Reynolds mais aussi du maillage et des différents modèles et logiciels.
 
La question de l'hydrodynamique de la colonne a effet Couette a été prépondérante. Elle est critique. Sans un écoulement correct et établi, il n'est pas envisageable d'y implémenter des gouttelette ou même de le faire à nouveau évoluer. 
Avec le logiciel JADIM les simulations durée en moyenne 5 jours. Plusieurs séries ont donc pu être faite. Néanmoins après cette rendu compte que les Reynolds de transitions étaient trop hauts dû à un écoulement plus stable qui c'était développé, nous avons essayé en changeant le maillage de rectifier le tir. Les résultats ont même été de plus en plus étranges. Il reste donc toujours à déterminer le problème et trouver un moyen de le résoudre. Étant bloqué à ce stade, même si les algorithme pour calculer le coefficient de dispersion axial et les grandeurs géométriques de l'écoulement étaient prêt, ils n'ont pas pu être réellement les tester.
 
Des programmes matlab ont été développés pour calculer des grandeurs caractéristique de la géométrie de l'écoulement en s'appuyant sur un article de Rudamn. Ces programmes ont été testés sur des cas simples et suivent des évolutions logiques en fonction des Reynolds. Ils seront néanmoins à éprouver sur des cas justes.
 
Avec le Logiciel Fluent, beaucoup de temps et d'énergie ont été dépensé sur le maillage. Deux ont été construit: l'un grossier et rapide mais qui malheureusement n'est plus valide pour de Reynolds au delà de 400. Le deuxième maillage est plus fin mais également plus couteux en temps. Il n'a été que faiblement testé et doit encore subir des vérifications pour s'assurer de sa fiabilité.
Enfin des simulations avec des gouttelettes de masse volumique différente de la phase continue on été faite. Un comportement logique et physique des gouttes a été observé. Ces simulations semble donc correctes.
 
Un Cd de notre travail sera compiler pour laisser le plus d'information possible et les meilleur carte en main aux prochaines personnes qui s'attelleront à ce projet.

 
Ce projet s'inscrit en faite, dans un plus grand au niveau du CEA. Au delà de nos simulations et de nos réflexions, il a été intéressant pour nous de nous situer au sein du projet dans l'ensemble et voir quelle brique nous étions. Nous avons donc pu relativiser ainsi que ce rendre compte de ce que nous pouvions néanmoins apporter. Cette prise de recul a été très bénéfique pour chacun de nous et à motivé l'équipe. Un bien beau moyen de terminer une école d'ingénieur sur l'ouverture au monde industriel.