Coupe 1

L'entrée de la petite Loire est une zone stratégique : en effet, la Loire effectue une légère courbure à l'amont, l'écoulement arrive avec un angle non nul dans la petite Loire, l'érosion sera donc plus forte dans cette zone. Ce résultat qualitatif a été vérifié lors de la visite : les berges à l'entrée de la petite Loire étaient fortement érodées, les racines des arbres étaient apparentes.

Zone d'érosion visualisée lors de la visite

Nous devons donc stabiliser la rive gauche afin d'éviter l'érosion des berges. Nous ne modifierons pas les pentes dans cette zone : adoucir la pente n'est pas possible puisque le remblai est interdit par la loi et le déblai est limité par la présence d'une route forestière.

Profil de la berge - coupe 1

Nous proposons une fascine de saules en pied de berges, protection très efficace pour les cours d'eau de plus de 20m de large. Afin de favoriser la biodiversité, plusieurs espèces de saules seront utilisées pour la fascine : saule pourpre (salix purpurea), saule glabre (salixglabra) et saule drapé (salix elaeagnos). Les branches de saules ne sont pas tressées et stabilisent très rapidement la berge. Pour protéger le haut de la berge, une couche de branche à rejets est installée. Les branches tapissent la berge, produisant ainsi une très forte protection, sur une grande hauteur : la berge sera donc protégée sur toute sa hauteur lors d'une crue. Cette couche procure une meilleure reprise que les boutures puisque le pied des branches est dans l'eau. Les branches sont recouvertes de terre puis d'un géotextile biodégradable afin d'éviter le lessivage.

Aménagement de la coupe 1

Un semis sera réalisé sur environ 5 mètres : différentes espèces de graminées et légumineuses sont plantées. Nous proposons un mélange de carex de la Loire (carex ligeria, espèce protégée des bords de Loire), de laiche à épis rapprochés (carex appropinquata), de laiche de Davall (carex davalliana) avec quelques fleurs : menthe aquatique (mentha aquatica), renoncule flammette (ranunculus flammula) et cirse des ruisseaux (cirsium rivulare). Des graines de publicaires vulgaire (publicaria vulgaris) et de saponaires (saponaria officinalis) pourront elles aussi être ensemencées, pour développer ces plantes indigènes.

Laiche à épis rapprochés, laiche de Davall, carex de la Loire, menthe aquatique, renoncule flammette, cirse des ruisseaux (source)

Propriétés du semis (Burri J.)

 

Puis des plantations d'arbres et d'arbustres avec des densités respectives de 30% et 40%, sont mis en place sur le haut de la berge : des saules et des ormes lisses. Nous respectons ainsi la répartition des végétaux des bords de Loire (cf. carte de la végétation).

Cet aménagement permet de restaurer un milieu herbacé, favorable au développement des hoplies bleues et un milieu forestier. Le castor d'Europe trouvera de nombreuses branches de saules tendres et les cormorans pourront se percher. Les zones d'herbacés et de buissons constitueront de nombreuses caches pour les lapins (cf. Tableau des habitats).

Une telle surface correspond à un coefficient de Strickler de 21 (Ks=21): surface de buissons épars, et hautes herbes.

La tenue de cet aménagement à été démontrée par une étude sédimentaire au niveau des berges (cf Etude sédimentaire du scénario 3)

haut de la page

Suivant

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :