Coupe 5

Dans cette zone , nous avons voulu surélever le plateau déjà présent avant l'aménagement de manière à créer un méandre et avoir une hauteur d'eau de 10 cm environ. Ainsi une zone marécageuse peut être crée, où les espèces animales et végétales caractéristiques des milieux humides peuvent se développer. Cependant, les vitesses d'écoulement observées, obtenues à partir des simulations Télémac 2D, sont très élevées en pied de berge (cf. carte des contraintes). Pour pouvoir les stabiliser et ainsi pérenniser notre aménagement nous utiliserons un ouvrage de protection issu des techniques du génie civil (enrochement).

Profil de la berge - coupe 5

Nous devons donc dimensionner les blocs de pierre. On se base sur la théorie du transport solide de Stevens et al. (1976) (cf. Coupe 0) afin que l'enrochement ne soit pas emporté par une crue. Pour la coupe 5, l'angle que fait le talus avec l'horizontale est égal à =15°. La pente du lit est égale à J=0.00076. La valeur de la contrainte de cisaillement maximale est obtenue à partir des simulations réalisées avec Telemac 2d pour un débit de 1 400 m3/s, on obtient $\large\tau_{cr}$= 40 N/m². Après calculs, nous trouvons que le diamètre des blocs adapté pour notre aménagement est égal à $d_b$ = 20 cm.

Aménagement de la coupe 5

Pour aménager la zone marécageuse, et pour assurer la biodiversité de la zone, deux types de végétaux vont être utilisés, les plantes hydrophytes et hélophytes. Les végétaux de type hydrophyte sont des végétaux aquatiques qui sont totalement immergés dans l'eau durant l'année, que nous placerons donc en pied de berge. Les hélophytes sont des plantes semi-aquatiques qui ont, durant une grande partie de l'année, les racines dans l'eau,  et les tiges, les feuilles et les fleurs hors de l'eau, ces plantes résistent aux submersions fréquentes.

Répartition en série des espèces d'hélophytes et d'hydrophytes (P. Adam)

Pour notre aménagement cinq espèces d'hélophytes (Iris d'eau (Iris pseudacorus), Baldingere (Phalaris arundinacea), Roseau phragmite (Phragmites communis), Massette (Typha latifolia) et Scirpe lacustre (Scirpus lacustris)) et trois espèces d'hydrophytes (Herbiers immergés, Myriophylle (Myriophyllum aquaticum) , Potamot (Potamogeton crispus)) vont être implantées suivant une répartition des végétaux en série. Les espèces telles que les libellules, le fullicule morillon et le publicaire vulgaire pourront se développer dans cet habitat aquatique (cf. Tableau des habitats). Les mottes d'hélophyte seront plantés avec une densité de 3 mottes par m², densité plus faible que pour la coupe 3 puisque les contraintes sont plus inférieures à $\large\tau_{coupe3}$.

Iris pseudocarus, Phalaris arundinacea, Phragmite communis, Scirpus lacustris, Typha latifolia (google image)

Propriétés des espèces d'hélophytes  utilisées pour cet aménagement (source)

Dans la zone 2, nous avons utilisé des boutures de saules et du géotextile biodégradable à été placé pour fixer le sol et les boutures, protégeant ainsi l'ouvrage durant les premières périodes de crue. En milieu de berge, différents types de saules ont été planté : Le saule à oreillettes (Salix aurita), le saule noircissant (Salix nigricans), le saule pourpre (salix purpurea), le saule cendré (Salix cinerea). En haut de berge, des peupliers noirs, qui est une espèce protégée, ont été planté. Cet ensemble constitue la forêt de bois tendre qui était déjà sur place avant l'aménagement reconstituant ainsi un habitat forestier nécessaire au développement de nombreuses espèces animales et végétales caractéristiques du bord de Loire (cf. carte de végétation).

Une telle surface correspond à un coefficient de Strickler de 10 (Ks=10): surface avec très herbeuses, mouilles profondes avec des buissons.

La tenue de cet aménagement à été démontrée par une étude sédimentaire au niveau des berges (cf Etude sédimentaire du scénario 3)

haut de la page

Suivant

 

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :