Facteurs environnementaux

Un grand nombre de descripteurs de l'habitat piscicole

Un habitat piscicole complet remplit six critères indispensables pour assurer le développement du poisson dans les différentes phases de sa vie (oeuf, alevin, juvénile, géniteur) :

  • l'eau doit être de bonne qualité en quantité suffisante,

  • il doit exister des frayères et des nourriceries fiables,

  • les sources d'alimentation sont nombreuses,

  • il existe des abris et des lieux de repos

  • l'espace minimum requis est respecté pour limiter la compétitivité,

  • les connectivités doivent être assurées pour permettre un libre accès à ces différents habitats.

 

Ainsi, pour analyser l'efficacité d'un habitat piscicole pour une espèce donnée, non seulement il faut s'assurer que la hauteur d'eau et le courant sont adéquats, mais il faut élargir l'étude vers de nombreux autres critères tels que la température de l'eau, l'oxygénation de l'eau, la présence de zones de cache ou de repos, de surfaces végétalisées, la turbidité, la quantité de polluant et de leur nature, l'état des berges ainsi que celui du lit (fosses) :

Schéma récapitulatif des descripteurs de l'habitat piscicole

Un stade primordial du cycle de vie du poisson : la fraie

Un des stades primordiaux pour la survie et le développement d'une espèce est sa phase de reproduction (fraie) et d'incubation des oeufs. C'est une étape très difficile à maîtriser puisqu'elle dépend énormément des conditions hydrauliques. La zone où se réalise la reproduction des poissons s'appelle une frayère. Elle doit réunir certaines caractéristiques très variables selon les espèces (profondeur, température, nature du fond, végétaux). Inutile de dire que la qualité et l'abondance des frayères jouent un rôle capital dans le maintient d'une population. C'est pourquoi nous analyserons spécialement cette phase pour les espèces que nous connaissons. Il faudra distinguer les exigences des espèces lithophiles qui se reproduisent en déposant leurs oeufs à l'abri des graviers ; des espèces phytophiles qui, elles, se reproduisent dans les hélophytes ou végétaux immergés.

Une des espèces en danger du fait de la régression importante du nombre de ses frayères est le brochet. Celui-ci pond au début du printemps. En rivière, il recherche les secteurs inondés par les crues. Ces zones peu profondes se réchauffent plus vite et sont riches en plancton, conditions indispensables à la survie des alevins. Chaque année la ponte peut être détruite par assèchement prématuré. La difficulté est de conserver une lame d'eau suffisante le temps nécessaire au développement des larves puis de reconnecter la frayère à la rivière pour relâcher les alevins. Nous tenterons, à partir de nos simulations numériques de comparer les surfaces exploitables comme frayères à brochets sur notre tronçon entre les différents scénarios.

 

Descripteurs retenus

L'analyse est donc relativement complexe, sachant qu'elle doit être réalisée pour différentes périodes (étiage, module, crue) et pour différentes phases de développement pour une seule espèce. C'est pourquoi, nous tâcherons dans l'évaluation de la qualité d'habitat des différents scénarios de faire une analyse qualitative du milieu, avec les données disponibles. Nous nous intéresserons donc en particulier aux zones de frayères, à la végétation, au type de substrat et à la connectivité. Nous ferons par ailleurs une analyse plus quantitative par le biais de la méthode des micro-habitats.

 

Cliquer sur l'image pour
aller à "Méthode des micro-habitats"

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :