Aménagement des berges par la végétalisation

Bienvenue sur la partie "Végétalisation" évaluant les conséquences d'aménagements sur le duit Saint Jean de Braye dans l'agglomération d'Orléans. Les aspects biodiversité et stabilisation des berges seront abordés.

 

  • Présentation du binôme

Cette partie est le résultat du travail de Madelaine Leplay et Lucie Alazard, étudiantes à l'ENSEEIHT dans le département "Hydraulique et Mécanique des fluides" option "Sciences de l'Eau et de l'Environnement". Nous avons travaillé en collaboration avec l'ensemble du groupe et avons été encadré par les professeurs du BEI ERE (Bureau d'Etudes Industrielles).

 

  • Insertion de notre étude dans le projet de restauration

Les milieux aquatiques sont des milieux complexes avec des interactions directes entre les composantes physiques, biologiques et chimiques. La modification d'une des ces composantes aura obligatoirement un impact sur les autres. Pendant ces dernières décennies, l'homme a voulu canaliser les cours d'eau en supprimant les méandres pour gagner des terres, en drainant les zones humides, en bétonnant les berges afin d'éviter l'érosion, et en construisant des bâtiments au plus près de l'eau. L'espace nécessaire au cours d'eau pour assurer un écoulement correct et la biodiversité a été réduit. L'anthropisation des cours d'eau a provoqué l'inondation de nombreuses zones urbaines lors des crues, et la dégradation de la valeur écologique du milieu aquatique. L'idée de restaurer et de restituer l'état naturel des rivières est donc apparue : l'aménagement des milieux aquatiques est donc entièrement repensé en respectant les processus hydro-écologiques du cours d'eau.

L'ouverture du duit de Saint Jean de Braye  a montré ses bénéfices pour la gestion des crues et le transport sédimentaire, mais en contre partie, l'ouverture du bras mort et le dévégétalisation de la zone ont un impact négatif sur sur la faune et la flore.

En effet, la remise en eau dans la petite Loire modifie les forces d'arrachement exercées par l'écoulement sur les berges et réduit ainsi la superficie de la végétation existante. Ce type de modification accélère d'une part l'hydromorphologie de l'ancien bras mort en particulier par des phénomènes d'érosion qui ont lieu sur les berges. D'autre part, l'ouverture du duit modifie considérablement l'écosystème de la zone,. Les impacts de ces deux conséquences  peuvent être atténués par les techniques du génie végétal. Les aménagements qui seront proposés auront pour objectifs de stabiliser les berges de la petite Loire en éradiquant tout phénomène d'érosion, et de reconstituer la ripisylve afin d'améliorer la biodiversité.

 

  • Scénario étudié

L'étude de la faune et de la flore sera réalisée à l'état initial, lorsque aucun aménagement, ni sur la digue nis sur la petite Loire, n'a encore été réalisé. 

Par la suite nous étudierons le scénario pour lequel la digue de Saint Jean de Braye a été arasée sur sa partie amont et le lit de la petite Loire a été creusée. A partir des contraintes observées pour cet ouvrage nous proposerons, à l'aide des techniques du génie végétal, un aménagement des berges.

 

  • Plan de l'étude et description des objectifs

Notre étude s'inscrit dans le but de proposer un projet répondant aux multiples usages d'un cours d'eau : rétention de crues pour protéger les habitations riveraines, qualité de l'eau, qualité paysagère et qualité biologique.

Notre étude se décomposera en quatre parties. La première étape sera de réaliser un inventaires des espèces végétales et animales présentes sur les bords de Loire à Orléans. Nous définirons différents habitats en établissant des liens entre la faune et la flore. Nous pourrons donc classifier les quatre types d'habitats ciblés pour notre aménagement, en fonction des espèces végétales et animales dont le développement sera favorisée dans ces milieux.

La seconde étape sera d'étudier l'hydrodynamique du site avec l'estimation des contraintes d'arrachement exercées sur les berges. Nous réaliserons ces calculs avec une formule empirique et nous confirmerons les ordres de grandeur à l'aide d'une simulation Télémac 2D. Les régions de contraintes élevées seront repérées afin de déterminer les zones stratégiques d'aménagement.

Dans un troisème temps, nous proposerons des aménagements garantissant la stabilité, la biodiversité et le développement des espèces ciblées à l'aide des techniques du génie végétal et du génie civil. L'ensemble de ce travail aboutira à la redéfinition des coefficients de Strickler.

Pour finir, un devis des travaux, nécessaire à la réalisation de l'aménagement proposé, sera réalisé.

 

  • Limites de l'étude

La relation qualité de l'eau et végétalisation ne sera pas abordé dans cette étude. Contrairement à de nombreux fleuves, l'eau de la Loire est de bonne qualité, et les cas de pollution et notamment ceux de métaux lourds sont quasiment inexistants, nous ne prendrons donc pas en compte le rôle purificateur des végétaux. Pour finir, nous rappelons à nos lecteurs que ce projet n'a pas pour but d'être réalisé : nous ne prenons donc pas en compte des contraintes financières dans le choix de nos propositions.

Dans un tel projet, il sera judicieux de consulter les associations de pecheurs pour laisser un accès au cours d'eau, les chasseurs pour garantir les caches de la faune, les écologistes et les acteurs locaux qui peuvent donner leur avis sur l'aspect paysager et attractif de la zone (chemin de promenade, aire de pic nique, etc.)  Aujourd'hui, la Loire est un fleuve ayant garder son caractère naturel, l'ère est donc plus à la dévégétalisation afin de lui restituer son lit majeur.

haut de la page

 

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :