Coupe 6

Les contraintes dans la zone 6 située à proximité de l'entrée du petit Rio sont très importantes (100 N/m² pour un débit de 1400 m3/s), comme nous l'avons vu  dans les simulations Télémac 2D (cf. carte des contraintes). Nous avons estimé que les contraintes sont trop importantes pour proposer un aménagement avec des végétaux. Nous allons donc utiliser le génie civil avec l'installation d'enrochement.

Profil de la berge - Coupe 6

Nous devons donc dimensionner les blocs de pierre. On se base sur la théorie du transport solide de Stevens et al. (1976) (Cf. Coupe 0) afin que l'enrochement ne soit pas emporté par une crue. Pour la coupe 6, l'angle que fait le talus avec l'horizontale est égal à $\alpha$ = 15.2°. La pente du lit est J=0,00076. La valeur de la contrainte de cisaillement maximale est obtenue à partir des simulations réalisées avec Télémac 2D, on obtient $\tau_{cr}$ = 95 N/m². Après calculs nous trouvons que le diamètre des blocs adapté pour notre aménagement est égal à $d_b$ =32 cm.

Aménagement de la coupe 6

Un géotextile synthétique est disposé sous les blocs pour éviter le lessivage. Les blocs de pierre laissant l'eau s'infiltrer, il est possible que l'écoulement emporte les matériaux meubles situés en dessous : la stabilité de l'enrochement serait donc remise en cause, ce type d'érosion interne est donc évité à l'aide de cette surface filtrante. En bas de la berge, l'enrochement est plus ancré dans la berge pour limiter le glissement de l'ouvrage par poussée des autres blocs. De plus, les blocs du pied de berge sont couplés avec des câbles en acier par groupe de 4 afin d'augmenter le coefficient de sécurité S. Sur la partie supérieure du talus, l'enrochement est enfoui : une légère couche de sable est disposée au dessus permettant ainsi la reprise de la végétation indigène dans la couche de matériau meuble. Nous pouvons aussi remarquer que le diamètre des blocs peuvent être réduits lorsque l'on s'éloigne de la ligne de hauteur d'eau : les contraintes sont moins fortes, et le coût de l'aménagement en est aussi réduit. Les deux point les plus exposés à l'érosion sont les extrémités amont et aval : avec le courant, l'affouillement peut déstabiliser les blocs de pierre. L'enfouissement doit donc être assez profond dans les berges à ces deux extrémités. Aucune plante invasive n'a été répertoriée dans cette zone, nous ne sommes pas obligées de proposer d'aménagement végétal sur cette coupe : nous privilégions donc le développement naturel de la végétation (cf. carte de végétation).

Une telle surface correspond à un coefficient de Strickler de 20 (Ks=20): surface avec galets et gros cailloux.

Nous avons pu voir lors de la visite que l'entrée du petit Rio était bien unz zone stratégique dans l'érosion. Après les travaux de la DDT45, les berges se sont fortement érodées, et ils ont dû stabiliser cette zone. L'aménagement provisoire choisi a été des palplanches. Cet aménagement est très efficace, mais il empêche la liaison entre le milieu aquatique et terrestre en supprimant la ripisylve : il est donc néfaste au développement de la faune.

Zone d'érosion visualisée lors de la visite

 

haut de la page

 

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :