Projet

Le stade d'eaux vives : contexte économique et social

 

En 2008, la Communauté d’Agglomération de Pau-Pyrénées a entrepris d’aménager et de réhabiliter 60 hectares de friches entre le Gave et la gare de Pau. Dans une logique de développement durable, l’accent a été mis sur la valorisation de la nature environnante par le sport et la culture. C'est dans ce contexte qu'a été construit le stade d'eaux vives. Il s'intègre dans un Parc Naturel Urbain dédié aux sports de Nature et à la  promenade, qui doit permettre la reconquête du Gave et de ses berges. La gestion du stade d'eaux vives a été confiée à l'Union nationale des Centres sportifs de Plein Air (UCPA) dans le cadre d'un marché d'exploitation.

L’avantage majeur de cet équipement de pointe est qu’il permet de répondre à tous les publics et de satisfaire toutes les attentes (loisirs, entraînement ou compétition...). En effet, le débit du stade peut être modulé de 4 à 14 m3/s, offrant des conditions de navigation extrêmes pour le plus haut niveau, comme des conditions de navigations parfaitement sécurisées pour les familles qui souhaiteraient s’initier à la descente en rivière. La proximité du centre ville, de la gare, et des axes autoroutiers ajoute à l'attractivité touristique de cet équipement. Le stade d'eaux vives constitue donc un atout supplémentaire pour la région, dès lors qu'il contribue à dynamiser l'économie locale par ses multiples retombées directes et indirectes.

Localement, le stade d'eaux vives profite aussi aux riverains. Le Centre d'Action Sociale Intercommunale (CASI) propose à ses adhérents des activités au sein du stade d'eaux vives, tout comme les autres comités d'entreprises (Total, Turboméca...). Enfin, la dimension éducative est importante, puisque le club du CUPPEV (Club Universitaire Palois - Pyrénées Eaux Vives) profite des installations plusieurs fois par semaine, sans compter la Section Sportive et l'UNSS qui viennent toutes les semaines durant l'année scolaire.

Enfin, les retombées économiques pour le territoire lors de l'accueil de compétitions internationales sont non négligeables. L'impact  immédiat est majoritairement du à l'activité générée du fait de l'organisation de la manifestation, de la présence sur le territoires de délégations sportives ainsi que de visiteurs extra-territoriaux. Pour donner un ordre d'idée, l'impact économique a été chiffré à 200 000€ environ lors de l'accueil de la Coupe de monde en 2009.

 

 

Enjeux du projet

Ce projet a pour but d'optimiser l'état actuel de l'écoulement dans le stade d'eaux vives de Pau-Pyrénées. En effet, à certains endroits, des instationnarités de la surface libre ont été observées. La ville de Pau étant candidate pour accueillir la coupe du monde de canoë-kayak en 2012, ces problèmes doivent être résolus pour pouvoir concrétiser cette candidature.

Deux études ont été envisagées : une étude globale du stade d'eaux vives modélisant tout le parcours, et une étude locale se focalisant sur les épis.

Au vu des instationnarités que l'on a pu observer, en particulier au moment où le débit était de 14m3/s, nous avons décidé de simuler le parcours en 2D globalement, bien que les tourbillons soient tridimensionnels. En effet, le parcours ayant une surface de l'ordre de (330mx12m) 4000m², une simulation globale 3D n'était pas envisageable en 6 semaines. Telemac2d est donc le logiciel que nous avons choisi.  L'objectif de cette simulation globale est de déterminer les éléments à l'origine des instationnarités. En outre, une simulation locale au niveau d'un épis est programmée en 3D avec Starccm+, afin d'étudier les recirculations qui se produisent à l'aval d'un épis.

 

 

 

Retour au plan

Vers Etude globale

 

Bibliographie

Site du stade d'eaux vives de Pau-Pyrénées

Un entretien du directeur du Stade d'eaux vives du 15 février 2010 pour Alternatives Paloises

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :